Centrafrique : Qui sont ceux qui ont saboté la cérémonie d’investiture du président Touadéra ?

0

Bangui, le 04 avril 21

Le président Faustin-Archange Touadéra a prêté serment officiellement pour son second mandat le 30 mars 2021 devant Dieu et devant les hommes.  Avant la tenue de la cérémonie, un comité d’organisation avait été mis en place et composé de plusieurs sous commissions, entre autres, la logistique, l’accueil, la sécurité et la communication. Ces commissions ont pour chacune, la mission de faire réussir les tâches qui leur sont confiées à travers les fonds colossaux encaissés sur fond propre de l’Etat. C’est au lendemain de ladite cérémonie que tout le monde a compris, avec les preuves palpables  que les membres desdites commissions n’ont pas effectué les dépenses qu’il fallait pour vulgariser cet évènement patriotique de grande envergure, visant d’empocher allègrement les fonds qui ont pris une autre destination.

Pour preuve, la commission communication qui est présidée par le ministre de la Communication et chargé des médias Ange-Maxime Kazagui a échoué lamentablement à sa mission si on n’a pas de lui dire sa vérité dans ce pays qui se veut démocratique, en ne défendant pas valablement les fonds aux médias pour immortaliser cette cérémonie. C’est-à-dire, cette commission devrait tout faire pour que les échos de cet évènement de grande envergure soit portés très haut, avec la mobilisation des médias de la place. Qu’est se passe-t-il exactement ? Un coup d’Etat institutionnel ? Les Centrafricains et surtout les hommes des médias savent ce qui se passe : « Nous savons que le président Touadéra est entouré des ennemis. Dans son prochain régime, les médias centrafricains ont besoin d’un ministre de la communication qui tienne compte de tout ce qui parle de médias et non le ministre en charge de la télévision et de la radio centrafricaine. On ne peut pas imaginer que lors d’une investiture, aucun médias n’a pas pu avoir du moins de l’eau à boire puisque les fonds ont pris une autre direction dans le but de faire soulever les journalistes de la presse privée contre le chef de l’Etat qui se donne pour le salut de son peuple. Mais tout Zo a té yé qu’est-ce que les journalistes ont mangé ? Que le président demande un audit indépendant car, même pour les accréditations, c’était une affaire de copinage », a témoigné un directeur de la presse privée centrafricaine indigné.

Il vous souviendra qu’au moment où cette investiture se préparait, la commission communication d’abord dans un premier temps, a copté les médias dont les têtes des responsables plaisent à Kazagui. Même pour donner les badges aux journalistes conviés le jour-j, il a fallu des tractations pour que Kazagui et ses complices de la commissions fassent le nécessaire. D’ailleurs, la plupart des journalistes n’ont pas eu ces badges qui d’ailleurs, les membres de la commission ont remis, qu’à leurs copines du quartier qui remplaçaient les journalistes dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, le jour de l’évènement. Et si la honte pouvait tuer les Centrafricains ?

C’est qui est très gravissime, les médias retenus pour la couverture médiatique de cette investiture, devraient bénéficier d’une enveloppe afin de mener à bien leur mission, celle de faire la retransmission en direct pour permettre aux Centrafricains de suivre ce qui se passe au niveau de l’Assemblée Nationale. On apprendra d’une source sûre que les membres de la commission communication ont remis quelques billets de banque qu’aux journalistes des médias publics et leurs responsables, et non les journalistes des médias privés qui n’ont que les gros yeux pour pleurer.

Autrement dit, les médias privés n’ont reçu de la part de la commission communication, aucun rang.  Les enveloppes qui leur sont destinées ont été envolées pour une autre planète que seul le ministre Kazagui et ses complices maitrisent la destination. Selon les informations concordantes, plusieurs millions ont été affectés à la commission communication pour faciliter la couverture médiatique de cette investiture. Le seul regret, c’est le fait que cette importante somme a été remise gracieusement à Kazagui et les autres membres de la commission qui en font les siens. Ouf !

Même si on a un estomac bien troué, on ne peut avaler tout ce qui est dédié aux autres. Au moment où nous mettons cet article sous presse, les membres de la commission communication n’ont pas justifié les raisons de la confiscation, pardon, détournement des fonds destinés aux journalistes des médias privés, notamment les journaux et les sites d’informations en ligne. Est-ce les autres membres du comité d’organisation sont au courant ce détournement ? Savent-ils que les journalistes des médias n’ont reçu aucune somme lors de cet évènement ?

C’est de tels comportements que déteste le président Touadéra qui, quelque part, est entouré de certaines personnalités malintentionnées qui ne font que torpiller sa politique, en mettant les bâtons dans sa roue. On ne pas s’amuser avec ce qui est destiné pour la réussite d’un évènement aussi de grande taille. Il faut que cela soit sanctionné et l’argent doit être restitué aux ayants-droits.

@Herman THEMONA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.