Centrafrique : Ce qu’il faut retenir réellement du tête-à-tête du PM Firmin NGREBADA avec le syndicat autonome de la police centrafricaine

0

Bangui, le 08 août 19

C’est à la demande du Premier Ministre Firmin NGREBADA que la rencontre d’échanges et d’information avec la hiérarchie du corps de la police centrafricaine et le syndicat autonome de la police centrafricaine qui a réuni plus d’une vingtaine de personnes, s’est tenue dans la salle de réunion de la Primature dans l’après-midi du lundi 05 août 2019.

L’objet de cette rencontre a été de donner l’opportunité au Chef du Gouvernement M. Firmin Ngrébada de répondre aux préoccupations exprimées par le Syndicat autonome de la police centrafricaine dans une correspondance datée du 17 juillet 2019 et qui lui a été adressée. Au chapitre des préoccupations, on a noté les points suivants: – la non prise en charge des effets financiers indus des avancements; La situation des menues recettes de la police; Le recrutement et l’intégration dans les différents corps de police; La frustration due à la promotion à titre exceptionnel et normal dans les différents grades de la police; et  L’attribution du marché des documents sécurisés à la société AL MADINA.

Etaient présents à cette rencontre, le Général Henri WANZET LINGUISSARA, Ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité, son Directeur de Cabinet M. Sosthène DENGBE et surtout celui qu’on qualifierait d’antagoniste du patron de la Sécurité publique depuis un certain temps, Bienvenu ZOKOUE, Directeur Général de la police Centrafricaine.

Lors des échanges, le Premier Ministre Firmin NGREBADA s’est expliqué sur le retard accusé jusqu’à présent dans l’effectivité des effets financiers indus des avancements tels que prévus par la loi portant statut spécial de la police centrafricaine. Cela, selon lui, est consécutif à l’aspect technique notamment une simulation des avancements financiers en cours pour permettre de situer le Gouvernement sur l’incidence financière exacte en rapport avec les ressources de l’Etat.

De même que la situation socio- économique catastrophique de notre pays a créé une tension de trésorerie persistante. « Le Gouvernement prendra toutes les mesures pour satisfaire cette préoccupation légitime le moment venu », A indiqué Firmin NGREBADA.

Au sujet, des menues recettes, ce dernier a fait entendre qu’il a été informé par le Ministre des Finances et du Budget que depuis 18 mois, le Régisseur de la police n’a effectué aucun versement au Trésor Public. Ce qui n’est pas pour le Premier ministre, du tout normal s’agissant des deniers publics, dont la gestion est rigoureusement liée au respect des règles de l’orthodoxie financière en la matière.

A cet effet, le Chef du Gouvernement a promis d’instruire l’Inspection Générale d’Etat à procéder à un contrôle de la gestion de toutes ces ressources afin de connaître leur destination. D’ores et déjà, il (le premier ministre) a instruit le Ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité Publique à faire reverser systématiquement les menues recettes au Trésor Public à charge pour lui d’appliquer la clé de répartition conformément aux textes en vigueur et de lui faire parvenir dans un délai rapide, un rapport financier détaillé sur l’utilisation des précédentes menues recettes.

Pour le Premier Ministre Firmin NGREBADA, l’attribution du marché des documents sécurisés à la société AL MADINA s’est faite, conformément aux textes en vigueur mais la problématique qui demeure est celle du montant d’émission de la carte nationale d’identité fixé à 15 000 FCFA.

A en croire le PM Ngrébada, « le Gouvernement étudie les solutions à envisager. Toutefois, il n’est pas du ressort du syndicat de la police de s’immiscer dans un tel débat qui est d’ordre politique », A-t-il déclaré sans autres précisions.

L’occasion faisant le larron, le Chef du Gouvernement a inscrit un autre point à l’ordre du jour qui lui paraît comme un abcès à inciser: Il s’agit de l’indiscipline notoire au sein du corps de la police centrafricaine. Sans langue de bois, le numéro deux de l’Exécutif s’est insurgé contre ce qu’il appelle le « désordre » qui continue de se perpétuer dans le corps de la police où le respect de la hiérarchie n’existe plus.

Cela, selon Firmin Ngrébada, n’honore pas le corps de la police qui a la mission première, de veiller à l’ordre public alors qu’elle en donne un mauvais exemple. « Il est temps d’y mettre un terme », a martelé Firmin NGREBADA.

Au sortir de la rencontre, les membres du syndicat autonome de la police n’ont pas daigné répondre à la presse avant qu’ils ne rencontrent leur base. Mais, en fin de compte, on pouvait lire la déception sur les visages et pour d’autres la colère les rongeait.

@Hervé BINAH                                                                                            

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE