Centrafrique : Encore des mains invisibles en marche pour remettre en cause le pas décisif pour la paix

0

Bangui, le 06 mars 19

Qui sont ceux qui sont derrière les groupes armés qui s’agitent à Zoukombo, à Kaga-Bandoro et à Ndélé ? C’est la question cruciale que nous nous posons actuellement.

Le peuple centrafricain s’est rendu compte qu’après la mise en place du gouvernement, certains groupes armés s’agitent en semant de troubles dans les villes cités ci-haut. Ces groupes armés qu’il s’agit bien de FDPC d’Abdoulaye Miskine, le MPC d’Alkatim Mahamat et le FPRC de l’aile Abdoulaye Hissein protestent contre gouvernement qui selon eux, ne fait pas l’unanimité, disant ne comporte pas leur représentants.

Argument qui, le Premier Ministre Ngrébada a eu à faire une déclaration en vue d’appeler ces derniers au sens du patriotisme dans le strict respect de l’Accord de paix signé.

Malgré le message de paix du PM Ngrébada qui s’inscrit dans le sens du dialogue, ces groupes armés poursuivent leurs agissements sur le terrain. Que veulent-ils si le numéro un du gouvernement leur a tendu la main afin des palliatifs soient trouvés à la situation.

Des sources concordantes provenant de certaines Représentations diplomatiques, parlent de l’instrumentalisation de ces combattants armés par l’extérieur. L’extérieur, comme nous le savons tous, ce sont ceux qui sont contre le succès de l’Accord de paix signé et qui trace une voie normale pour le retour à la stabilité dans le pays.

Et donc, pour remettre en cause tous les efforts engagés pour le relèvement de la RCA, ces mains invisibles de l’extérieur s’emploient désormais à une autre option qui est celle de pousser les rebelles à la révolte contre le gouvernement centrafricain. Pour eux, ce énième schéma est peut-être l’une des chances qui peuvent aboutir à la réussite de leur prochain machiavélique en RCA.

Contactés par notre Rédaction, plusieurs états-majors concernés par ce feuilleton affirment que l’ordre leur a été donné depuis l’extérieur à travers une entente pour qu’on arrive à cette situation. Que va-t-il passer si le gouvernement ne cède pas au plan démoniaque des pays qui sont contre le retour de la paix en Centrafrique ?

Voilà encore les preuves de ce que nous pouvons qualifiés d’agressivité contre le peuple centrafricain ? Et si les rebelles qui sont appelés à la table de négociation venaient à renoncer aux hostilités dont ils font preuve, que plan l’extérieur optera dans les jours à venir ?

@Herman THEMONA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE