Centrafrique-Bambari : JMA 2019, l’arrivée des FACA et FSI source d’une liesse populaire

0

Bangui, le 10 janvier 19

Malgré vent et marée et les chantages des marchands de la mort, dit-on les chevaliers de l’apocalypse centrafricains pour saboter la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) et de la femme rurale, les autorités du pays ont persisté. Finalement cette fête  sera célébrée ce jeudi 10 et vendredi 11 à Bambari dans une ambiance cordiale et une parfaite sécurité et confiance.

 Cette célébration qui a été énième fois reportée pour des raisons techniques et d’ordre sécuritaire est devenue une réalité et cela se matérialise dans les actes et les faits. En dépit des pressions et menaces des ennemies de la paix qui ne tiennent plus debout.

Les autorités du pays se sont finalement portées garant. C’est dans cette optique que plusieurs Ministres et autres personnalités du pays ont acceptée se rendre sur le terrain à Bambari. Dans l’objectif de redorer du blason et confiance à la population ? Ceci, pour  montrer que la sécurité reste et demeure  la pierre angulaire et le cheval de batail du président Touadera.

Il faut noter que, le semeur de la mort Ali Darras, un sujet nigérien avait régné en maître et semé la zizanie en Centrafrique et plus précisément dans cette partie septentrionale. Ce dernier est obligé de rentrer sitôt dans un pilori pour laisser faire.

D’emblée, cet arsouille avait proféré des menaces la semaine dernière soi-disant qu’il fera tout pour boycotter cette célébration tant entendue. Alors que, la population de cette ville et des localités qui la circonscrivent décident d’accueillir aux bras ouvert cette fête.

Car selon les habitants : « cette cérémonie est une occasion en or pour celer le lien et faire déterrer la cohésion sociale disparue entre les deux communautés qui sont unies depuis des siècles par une histoire commune et qui à un moment donné se regardent comme les chiens de faïence. Ceci aussi permet de faire renaître la concorde nationale et l’unité qui avait été enterrée depuis le déclenchement des événements malheureux en 2012 ».

Les autorités du pays très déterminées ont persisté et signé, que cette cérémonial se tiendra malgré tout. Selon des sources concordantes, les autorités profiteront de l’occasion pour déployer et faire baser dans cette ville une cohorte des éléments de l’armée et des Forces de Sécurités Intérieur (FSI) pour la sécurisation de cette partie du pays en proie à une insécurité généralisée.

 

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE