Centrafrique : Les cartels des liquidateurs de la République en conclave pour les funérailles de la RCA

0

Bangui,le 07 décembre 18 

« Un silence qui cache mal un embarras » car on sait que certains hommes politiques centrafricains sont des candidats potentiels et des instigateurs de troubles, des crises et des putschs.  Ils ont  somnolé un instant mais ces derniers temps ils se sont réveillés de leur terroir pour commencer à manigancer, singer et à chercher les poux sur la tête des autorités démocratiquement élu. Ceux-là ont envoyé sur les réseaux sociaux des tracts pour inciter à la haine nationale. Le centrafricain n’est pas dupe, on n’a tout compris et ils sont connus. C’est tout simplement l’Opposition qui se dit démocratique. Ou allons-nous donc ?

Décidément, depuis que l’Oubangui Chari est devenu la République Centrafricaine, ce pays a une histoire politique très mouvementée. Laquelle histoire qui  est ponctuée et cadencée par des atteintes à la sureté de l’Etat, des mutineries à répétition, des coups d’Etats, des crises militaro-politiques des éternelles rébellions bref ! Une situation qui continue de mettre à genou le pays de Boganda et à ramener la Centrafrique en arrière et qui pourrait la conduire encore dans une descente aux enfers hélas ! Les Centrafricains en a déjà marrent.

Sachez-le, chers opposants se sont là, des comportements dommageables et déconcertants qui empêchent l’éclosion politique, économique, sociale et culturelle de ce pays. Aussi, la RCA, s’il faut le dire est abandonnée à elle-même et à la merci des gangsters qui l’ont placé dans un cercle vicieux. Oh ! Pauvre Centrafrique. Qu’à tu fais pour mériter tous ces tragédies ? C’est une damnation ? Dieu seul sait.

Mais n’empêche pour qu’on puise en parler sans vergogne en tout cas, c’est notre patrie qui est en danger et il aurait fallu faire quelque chose sinon…  Allez-y comprendre «  Le pays est en danger ».

Il y a une pratique qui aux yeux du commun des mortels apparaît nuisible dont est victime le peuple centrafricain depuis 1960 jusqu’à ce jour 2018. Les crises à répétition qu’a connues la RCA découlent de plusieurs germes avec diverses  raisons et facteurs. Les mains invisibles et l’extérieur qui n’entendaient que cette occasion en ont profité pour exploiter autrement dans leur propre intérêt. De facto,  le peuple n’a que des yeux pour observer ses tristes sorts ficelés et ne sait à quel saint se vouer pour les extirper de cette situation calamiteuse.

Ceci dans quel intérêt et dans quel but l’on continue de s’interroger. Mais l’avenir nous le dira, s’il s’agit de porter mains forte au pays où d’intenter des actions allant dans le sens de la déstabilisation de la Centrafrique c’est là où le bas peuple continuent encore de s’interroger.

Il est vrai se sont les fils du pays mais la manière de faire les choses et surtout de faire les rencontre à l’insu des autorités en place est inquiétant. Les centrafricains ont trop souffert et continuent de souffrir et ne demandent que la paix, la concorde nationale pour vaquer librement à leur occupation.

Les populations ont exprimé le souhait que certaines personnalités publiques, à cause de leur histoire ou de leur gestion du pays ou de la chose publique, doivent être écartées  de tous négociation dans le pays.

C’est une responsabilité qui incombe à nous Centrafricains et particulièrement à nos autorités politiques en place, la charge de ramener la paix par tous moyens dans notre pays. Ne nous laissons pas distraire ni guidés par les ennemis de la paix en Centrafrique, le monde entier nous regarde.

Mais d’ores et déjà, on peut déceler dans la réaction de certains acteurs de la société civile que la leçon a priori qu’ici à Bangui, « on n’est pas dupe ». Car les opposants politiques sont des cocktails explosifs qui peuvent faire très mal. Surtout qu’ils avaient déjà affiché des positions déstabilisatrices pour conduire le pays dans la boue.

Le Chemin parcouru durant les dures épreuves depuis l’avènement de la nébuleuse Séléka doit interpeller les compatriotes centrafricains en générale qui aiment leur pays et en particulier les opposants à comprendre qu’ils ont une grande responsabilité dans cette situation. L’idéal aujourd’hui est d’aller vers la paix et la cohésion nationale, autrement dit d’œuvrer pour l’unité des filles et fils de Centrafrique. Cette question implique plusieurs facteurs qui doivent rassurer l’homme dans son fort intérieur pour afin croire que la RCA est sa patrie et qu’il n’en a pas une autre ailleurs.

Malgré tout, les esprits des centrafricains succombés dans ces crises volontairement orchestrées continuent de crier dans leur derniers demeures, « Pitié ! Pitié ! ». En dépit de cela, ils continuent d’activer la crise. Car certains observateurs soucieux du pays ont encore enregistré ces derniers temps des rencontres fréquentes dans l’ombre lugubre avec les bandits armés dans les provinces du pays. Comme on le voit, la RCA continue de vivre selon la volonté de l’extérieure et certains compatriotes, les ennemies de la paix.

En dépit de cela la RCA est loin d’être à abri de la crise et de la violence qui est toujours activé par certains centrafricains. Ceux-là et qui veut encore signer acte de décès de la Centrafrique. Assez ! Assez.

Simplice YAKONO,

LAISSER UN COMMENTAIRE