Centrafrique : 133 jeunes ex-combattants en fin de formation intègrent les rangs des Forces Armées Centrafricaines (FACA)

0

Bangui, le 28 mai 2018

C’est le vendredi dernier 25 mai 2018, que Cent trente-trois jeunes ex-combattants en fin de formation conduite par la mission européenne EUTEM ont effectivement intégré les rangs des Forces armées centrafricaines (FACA).

La cérémonie officielle de l’incorporation de ces 133 nouveaux soldats, s’est déroulée au camp militaire de Kassaï à Bangui en présence du Chef d’état-major le général Ludovic Ngaïféï qui a saisi l’occasion pour rappeler le message du Chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra qui dit ceci : « Vous n’appartenez plus aux armés et ne devenez plus obéir aux ordres des leaders desdits groupes, vous êtes des soldats appelés à défendre le territoire et le peuple centrafricain »

Il a aussi prévenu que quiconque tenterait de déroger au règlement militaire, fondé sur l’ordre et la discipliné, sera purement et simplement rayé du contrôle de l’armée. Il a insisté sur le rôle de déclic qu’a joué l’armée dans le processus de réconciliation au Rwanda après le génocide de 1994 et a suggéré que cet exemple peut être suivi en République centrafricaine.

Avec cette nouvelle vague de recrues, l’EUTM/RCA aura déjà, au-delà des bataillons réguliers, 240 soldats issus des rangs des groupes armés grâce au projet pilote DDR d’août dernier. Le même projet a également prévu l’insertion socioéconomique de 240 autres ex-combattants, à travers diverses activités génératrices de revenus.

Ces 133 nouveaux éléments des FACA constituent la seconde et dernière vague des ex-combattants ayant opté pour les rangs, sont la résultante du projet pilote DDR lancé par le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra le 30 août 2017.

Pour les ex-combattants de la deuxième catégorie, huit sites (localités) ont été retenus pour les réinsertions socioéconomiques. Il s’agit de Bouar et Koui (ouest), Paoua (extrême nord-ouest), Kaga Bandoro, Bambari et Bria (centre), Ndélé (nord) et Birao (extrême nord-est). De nombreuses ONG humanitaires sont disposées à accompagner le processus.

Herman THEMONA,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE