Centrafrique : CCRPA/Lancement officiel de la campagne de collecte et commercialisation du café, ainsi que de la diffusion des prix indicatifs pour l’année 2018

0

Bangui, le 12 février

La cérémonie de l’ouverture officielle de la campagne de collecte et commercialisation, ainsi que de la diffusion des prix indicatifs du café pour l’année 2018, s’est déroulée la semaine dernière, au ministère de l’agriculture et du développement rural. Cette cérémonie a regroupé le ministre Honoré FEÏZOURE en charge dudit ministère et son homologue Assan CÔME ministre du commerce et de l’industrie, ainsi que quelques cadres des structures sous tutelles, les représentants des producteurs de café et les opérateurs économiques, acteurs de la filière café en RCA.

D’entrée de jeu, la parole a été donnée au chargé de mission au ministère de l’agriculture et du développement rural monsieur Kpawilina pour le compte rendu des activités du comité technique de régulation de la filière café-cacao.

En reprenant la parole, le ministre de l’agriculture et du développement rural, Honoré FEÏZOURE a saisi cette occasion pour adresser ses vœux de l’année 2018 à tous les participants à cette cérémonie de l’ouverture de la campagne de collecte et commercialisation de café ainsi que de la diffusion des prix indicatifs du café pour l’année 2018. Le ministre a également félicité tous les acteurs de la filière café en RCA pour avoir bravé les difficultés de l’heure par le maintien de leurs activités sur la filière.

Le membre du gouvernement a aussi vanté les mérites du café dans l’économie du pays, car dit-il, « Le café constitue un des principaux produits d’exportation, à côté du coton, du bois et du diamant, qui rapportent des devises à la République centrafricaine de façon substantielle au produit intérieur brut (PIB) » a-t-il martelé.

Le ministre a cependant rappelé que la production de café n’est pas à l’abri des contreperformances liées à des contraintes dues au contexte socioéconomiques et techniques notamment, l’insécurité entretenue par les groupes armés qui entrave considérablement les activités de production, de commercialisation du café ; à cela s’ajoute les multiples tracasseries routières imposées par les forces non conventionnelles ayant pour conséquence la démotivation des opérateurs économiques de la filière ; la dégradation des pistes rurales et ouvrages d’art, ce qui ne favorise pas les opérations de collecte, de transport et de commercialisation ; la chute des cours mondiaux ayant pour corollaire, le découragement et l’abandon de l’entretien des plantations ; l’insuffisance d’appui pour favoriser le maintien des plantations et la relance de la production ; à cela s’ajoute aussi la progression remarquable de la trachéomycose, maladie dégénérescente des caféiers Robusta.

Le ministre a indiqué qu’en dépit de toutes ces contraintes, la production nationale oscille autour de 8 000 tonnes de café marchand.

A en croire le ministre Honoré FEÏZOURE, les prix indicatifs internes du café pour l’année 2018, sont déterminés par rapport à la tendance en baisse des cours mondiaux de café et sont fixés comme suit :

205 F CFA le kilogramme de café coque ;

411 F CFA le kilogramme de café marchand limite ;

480 F CFA le kilogramme de café marchand courant ;

549 F CFA le kilogramme de café marchand supérieur ;

 598 F CFA le kilogramme de café marchand prima et

55 F CFA le kilogramme pour les frais d’usinage.

Toutefois, le ministre a rappelé les exhortations du président de la République Faustin Archange TOUADERA de tout mettre en œuvre afin de sortir des sentiers battus. Ainsi dit-t-il que « La relance de la filière café figure bel et bien au plan de relèvement et de consolidation de la paix en RCA (RCPCA) ». Le ministre d’ajouter que « L’objectif est de relever la production caféière à 25 000 tonnes de café dans les trois années à venir ».

Au finish, le membre du gouvernement a rassuré que des dispositions seront prises non seulement pour aider les planteurs à régénérer les vieilles plantations ou à étendre les superficies plantées, mais aussi à s’organiser au sein de la filière pour contrôler les chaines de valeur. C’est dans cet ordre d’idée que le ministre a indiqué que « C’est le rôle dévolu aux groupements et coopératives de producteurs que le ministère de l’agriculture entend promouvoir avec une approche professionnelle des activités agricoles. Je vous encourage donc à persévérer dans vos activités respectives en attendant la mise en place des appuis à venir » a-t-il lancé tout en tablant  ouvertement sur  la campagne de commercialisation caféière 2018.

Le Potentiel Centrafricain,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE