Centrafrique : Voici ce qui se cache derrière le complot des leaders politiques de l’opposition qui se regroupe dans une nouvelle plateforme

0

Bangui, le 03 décembre 19

Les têtes des personnalités politiques de l’opposition qui veulent fouler aux pieds commencent à tomber les uns après les autres. Il s’agit bien entendu de la bande à Anicet-Georges Dologuélé de l’URCA, Abdou Karim Meckassoua de Chemin de l’Espérance, Nicolas Tiangaye de la CRPS, Ferdinand-Alexandre Nguendet de RPR, Désiré Kolingba du RDC, et Bertin Béa du KNK…, qui se sont détachés désormais du mouvement E ZINGO BIANI qui les regroupe avec les leaders de la société civile.

L’initiative de cette nouvelle plateforme d’opposition, est l’œuvre de Dologuélé qui table sur une transition politique à la tête du pays avant la tenue des prochaines élections. Ce dernier a été très rapidement appuyé par ces amis de lutte cités ci-haut, qui veulent du replonge de la RCA dans une crise politique, visant à violer la constitution qui, pourtant a donné mandat démocratique au président Touadéra à conduire la destinée du peuple centrafricain dans un délai bien calqué par la Constitution

Au cours de leur rencontre, ces personnalités ont bien peaufiné certaines stratégies visant à remettre en cause les bonnes choses qui se font par les autorités du pays en vue de son développement.

Voilà les preuves du complot que Dologuélé et sa bande mettent en place pour s’opposer à la mise en œuvre de l’accord politique de paix et de la réconciliation, et de faire croire aux yeux du monde que rien ne se fait actuellement pour le relèvement du pays. Alors qu’en réalité, l’opinion nationale et internationale témoigne de la détermination des autorités du pays à faire sortir les centrafricains du gouffre.

Même cette nouvelle plateforme conteste également le comité stratégique d’appui au processus électoral qui vient d’être mis en place, on a l’impression que ce groupe des personnalités de l’opposition engagent toutes les stratégies méphistophéliques pour que le pays soit toujours dans un climat trouble.

Entre temps, dans leur groupe, certaines voix commencent déjà à contester ce qu’ils sont en train de faire contre l’intérêt du peuple centrafricain. Selon certaines informations qui nous sont parvenues à notre Rédaction, il y’a également certains qui saisissent l’Union européenne et bien d’autres partenaires internationaux à ne pas financer les élections à venir. Mais, le gouvernement qui tient à la tenue de ces élections dans un climat apaisé, transparent et démocratique, engage tous efforts possibles qu’avec l’appui de la communauté internationale pour que ce rendez-vous soit effectif.

@Jacques KOSSINGOU,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE