Centrafrique : Le Premier Ministre Ngrébada répond à la demande de son audition par le Bureau de l’Assemblée Nationale sur l’affaire des militaires-retraités

0

Bangui, le 14 mai 19

Suite à la demande du Bureau de l’Assemblée Nationale, le premier ministre Firmin Ngrébada, assisté des ministres de la Défense nationale Marie-Nöelle Koyara et celui de la Sécurité publique, est auditionné ce 13 mai 2019 sur l’affaire du Collectif des militaires-retraités de 2018. Cet exercice qui est prévu par la Constitution, est dirigé par le président de l’Assemblée Nationale l’Honorable Laurent Ngon Baba en présence des membres de son bureau.

Il y’a lieu d’indiquer que le jeudi dernier, le Collectif des militaires admis à la retraite en 2018, a saisi le Bureau de l’Assemblée Nationale pour porter à leur connaissance un certain nombre de revendications. C’est suite à demande que le Bureau de l’Assemblée Nationale a invité le premier ministre et ses ministres concernés par cette affaire, à s’expliquer sur le sujet, donc les préoccupations du Collectif en question.

Voici donc les expressions du Premier ministre après son audition : « …A cette occasion, j’ai expliqué au Bureau de l’Assemblée Nationale que les questions évoquées par le Collectif des militaires-retraités, concernent quatre revendications que nous avions examiné sur l’instruction du Chef de l’Etat.

On a mis en place un Comité qui, suite au rapport produit, j’ai rencontré le 1er avril 2019, le Collectif de ces militaires retraités à qui, je leur ai donné la position claire du gouvernement sur chacune des revendications. Par la suite, je leur ai expliqué par une note les réponses du gouvernement, tout en les invitant à saisir la justice pour les cas des revendications qui ne rencontreraient pas leur agrément.

Sur les quatre autres demandes, nous leur donnons une suite favorable, notamment la question de salaires payés en 2001 que certains n’ont pas pu toucher. Donc pour cela, j’ai mis en place un comité au niveau des Finances chargé de vérifier ces salaires. Un rapport est produit et les dispositions sont prises pour que ces salaires soient payés aux intéressés qui, pourtant avaient été versés alors que les intéressés n’ont pas pu percer.

Nous disons au Bureau de l’Assemblée Nationale que nous sommes attentifs aux préoccupations du Collectif de ces militaires admis à la retraite. Maintenant, il leur appartient, c’est leur droit, de saisir la justice sur les revendications rejetées par le gouvernement. Nous sommes dans une société organisée, nous sommes dans un Etat de droit ! Toutes demandes à l’endroit du gouvernement doit reposer sur des textes. Il n’y a aucun texte dans notre pays qui prévoit des mesures d’accompagnement pour les fonctionnaires civils qui sont admis à la retraite et il en est de même pour les militaires.

Le Collectif de ces militaires ont brandi une directive concernant la convention entre l’Union européenne et le gouvernement pour le paiement des salaires de 1992, 1993, 2002 et 2003. Ils disent que ce document, il aurait prévu des mesures d’accompagnement. Mais, je dis que le Comité interministériel qui a été mis en place pour gérer cette affaire, sans oublier le Comité gouvernemental qui travaille sous l’autorité du gouvernement a fait le nécessaire. Tous ces groupes de travail ont estimé que ces revendications rejetées n’ont pas de base juridique.

Aucuns textes ne prévoient les mesures d’accompagnement ! Mais seule la justice va nous départager, s’ils pensent que leurs revendications rejetées par le gouvernement sont normales. Mais, le gouvernement pense que leurs revendications n’ont pas une base juridique jusqu’à preuve contraire…Sur cette question, la position du gouvernement est claire ! »

Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE