Centrafrique : Quand la Centrale syndicale GSTC obéi aux ordres de l’opposition démocratique pour soulever une trouble

0

Bangui, le 19 mars 19

La Centrale syndicale GSTC, entendez, groupement syndical des travailleurs de Centrafrique, prépare une grande manifestation dans les jours à venir. Cette manifestation qui vise à semer du désordre dans la ville de Bangui à travers une grande marche dont la demande d’autorisation est introduite déjà au Ministère de la Sécurité publique.

Le numéro un de cet évènement, est bel et bien Firmin Zoh Pounguélé qui se dit secrétaire général dudit mouvement syndical, compte passer à la vitesse supérieure pour nuire au régime du président Touadéra.  Celui-ci récemment, ne cesse de mobiliser les fonctionnaires et agents de l’Etat contre le pouvoir en place. Ne parviendra pas à réussir toujours ses actions, car rejetées par certains travailleurs qui ne veulent pas s’associer le soi-disant Firmin Zoh Pounguélé signerait au moment où nous mettons cet article sous presse, un pacte avec certains leaders politiques de l’opposition que nous les connaissons tous.

Les termes conclus dans ce pacte sont clairs : mobiliser les travailleurs qui vont cesser de bosser dans la journée du jeudi 28 mars 2019 pour exiger « le paiement sans délai des arriérés de salaire et de pensons ; la réouverture dans un bref délai des négociations ; le recrutement dans un meilleur délai des jeunes diplômés dans la fonction publique ».

Mais, en réalité de ce qui est en dessous de cette affaire, c’est la paralysie générale de ville de Bangui en vue de mettre à genou le régime de Touadéra comme l’a souhaité les leaders de l’opposition démocratique. Tout ça, c’est pour provoquer une entrevue gouvernement-opposition démocratique-GSTC pour imposer des postes politiques, notamment leur prise en compte dans un éventuel élargissement du gouvernement.

Les intentions politiques de Firmin Zoh Pounguélé sont déjà affichées clairement. Il ne milite pas dans le sens syndical, mais ce dernier obéi aux ordres des leaders politiques de l’opposition démocratique qui veulent clouer au sol, le régime de Bangui comme les rebelles tentent de le faire pour leur part.

Le ministre de la Sécurité publique Henri Wanzé Linguissara doit donc de prendre des mesures qui s’imposent, face à cette grande marche des travailleurs qui est en préparation. « Celui ne travaille pas, n’a pas droit à manger », dit-on un adage. Zoh Pounguélé qui mobilise les travailleurs pour des fins politiques, sera donc responsable de toutes les conséquences qui adviendront.

@Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE