Centrafrique : le maire de Bangui Emile Gros Raymond Nakombo prépare son départ !

    0

    Bangui, le 07 février 19

    Emile Nakombo ne va-t-il pas lâché ce dont on lui reprochait depuis toujours ? Jusqu’à quand celui-ci va arrêter de ternir l’image de la République Centrafricaine voire celle des hautes autorités de Bangui qui lui ont récompensé en le nommant à la tête de la Mairie de Bangui.

    Bref ! Point n’est besoin de revenir sur le mauvais passé de ce dernier à la société CETAC à Berberati et autres salissures commises par-ci et là. A la tête de la Mairie de Bangui depuis l’arrivée du président Touadéra au pouvoir, Emile Nakombo ne fait qu’embourber les choses dans la boue. La Mairie de Bangui tourne en rond : l’administration, les services techniques…rien ne va du tout.

    Emile Nakombo, au lieu de travailler avec les cadres de la Mairie qui maîtrisent les choses, se permet de mettre en place un cabinet parallèle composé selon les informations, rien que de ses parents et amis qui lui dictent les choses. Et donc, quel est le vrai le rôle de cette cellule qu’il a mis en place et qui travaille à l’opposé des cadres de la Mairie ? Nakombo n’a-t-il plus confiance aux cadres de la Mairie en mettant en place une cellule fictive qui gère ses business ?

    Même si Nakombo se contente rien que des voyages « bizarres », ne se souciant absolument pas du travail qui lui est donné, c’est mieux de rendre le tablier maintenant pour ne pas que les choses lui quittent d’ici peu de temps. On parle dans ce même élan des marchés de gré à gré au niveau de la Mairie de Bangui. Les marchés publics ne se donnent plus là-bas comme cela est prescrit dans le texte d’attribution des marchés publics. Ouf ! Donc, Nakombo travaille contrairement aux lois du pays ? Les espaces publics vendus à vil prix ! Où irons-nous avec une telle gestion ?

    Les plaintes sont nombreuses de la part du personnel qui ne sait plus à quel se vouer. Pour la population banguissoise, c’est du vrai désordre, car la ville ne ressemble pas à leur souhait. Il suffit d’emprunter l’avenue Barthelemy Boganda pour s’en rendre compte effectivement de ce dont nous déplorons dans ce présent article.

    L’avenue B. Boganda est saturée, envahie par les kiosques de tout genre. On dirait, un vrai marché noir en quittant le Rond-point du Ministère du Tourisme jusqu’au niveau du Pont Jackson. Pour l’avenue David Dacko et celle de la France, c’est plus pire. La capitale centrafricaine est identique à un gros village de certains pays africains.

    Le Centre-ville n’est pas épargné de cette hécatombe urbaine où les désordres sont installés partout. Emile Nakombo fait distraire qu’il engage de réformes alors qu’en réalité, rien ne marche à la Mairie de Bangui qui est à la recherche d’un nouveau maire.

    Une personnalité de la Primature, a indiqué à la Rédaction de lepotentielcentrafricain.com que : « la question d’Emile Nakombo est en étude en ce moment. Celui-ci ne fait que compter ses heures à la tête de la Mairie de Bangui. Le président Touadéra et le premier ministre Sarandji se sont engagés pour le développement de la République Centrafricaine, en redorant l’image de sa capitale. Donc, on a besoin gens compétents pour gérer les choses », A ajouté cette personnalité qui a conclu que la Primature est informée de la vente des espaces publics de la ville de Bangui aux étrangers, notamment les libanais et autres opérateurs économiques venus d’ailleurs.

    Bienvenu ANDALLA, 

    LAISSER UN COMMENTAIRE