Centrafrique : Le Ministre Jean Louis OPALEGNA réagi aux couacs du leader du GSTC

0

Bangui, le 03 janv.-19

La communauté nationale a été désagréablement surprise par les mots de grève lancés par le leader du Groupement Syndical Des Travailleurs de Centrafrique (GSTC) M. Firmin Zoh Ponguelé. Un couac lancé les semaines dernières. Alors que le Président de la République dans son adresse à la nation, le 31 décembre dernier avait annoncé sa disponibilité à payer les arriérés de salaires, pension. Dans cette même optique, il avait informé l’opinion nationale et internationale que toutes les conditions étaient désormais réunies pour faciliter la tenue des travaux du Cadre Permanent de Concertation et des Négociations (CPCN). Malheureusement, le leader de GSTC s’est sortie du cadre pour faire du rififi. Quelle mouche l’a piquée ? Voici ci-dessous la teneur du communiqué.

  Communiqué de Presse

 Le cadre permanent de Concertation et des Négociations (CPCN) a été saisi d’une série des revendications professionnelles introduites respectivement par les entités syndicales  telles que le GSTC, le SYNAES et la (ISYCA) qui regroupe en son sein dix sept (17) organisations syndicales des travailleurs.

En vue d’éviter une nouvelle crise sociale, son Excellence Simplice Mathieu SARANDJI, Premier Ministre, chef du Gouvernement a, le 17 octobre 2018 procédé au lancement officiel des travaux des négociations à l’occasion d’une rencontre avec les leaders syndicaux parmi lesquels figurait le Secrétaire Général du GSTC.

Le 18 décembre 2018 pour exprimer la volonté politique du Gouvernement à privilégier le dialogue social pour la résolution des conflits sociaux dans le monde du travail, son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a reçu en audience les leaders syndicaux qui ont sollicité sa disponibilité afin d’échanger sur les motifs réels qui justifient du démarrage effectif des travaux des négociations devant être menés sous les hospices du Cadre Permanent de Concertation et des Négociations (CPCN).

Aussi, dans son adresse à la Nation le 31 décembre 2018, le Président de la République, Chef de l’Etat a-t-il informé nationale et internationale que toutes les conditions étaient désormais réunies et que lesdits travaux allaient démarrer dans les tous prochains jours.

Malheureusement, le Gouvernement a été désagréablement surpris par une grève de trois (3) jours, déclenchée de manière unilatérale par le leader du GSTC sans l’adhésion totale des autres Centrales Syndicales qui font toujours dans le CPCN.

Le Ministre de la fonction Publique, Président du Cadre  Permanent de Concertation et des négociations (CPCN) rappelons qu’en l’exécution de l’instruction de son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat, la reprise des travaux de négociations est prévue pour se tenir le vendredi 04 janvier 2019 dans la salle de conférence du Ministère des Finances et du Budget.

Le Ministre de la Fonction Publique, Président du cadre Permanent de Concertation et des Négociations (CPCN) rappelle une fois de plus qu’en matière sociale, l’ouverture des négociations suspend immédiatement toute action de grève par la partie ayant pris l’initiative.

Ainsi, le Ministre de la Fonction Publique, Président du Cadre Permanent de Concertation et des Négociation (CPCN) appelle tous les Fonctionnaires et Agent de l’Etat à ne pas suivre le mot d’ordre de grève lancé par le Secrétaire Général du GSTC dans l’unique but de satisfaire des intérêts politiques

inavouables.

Le Ministère de la Fonction Publique, Président du Cadre Permanent de Concertation et des Négociation (CPCN) invite donc les Fonctionnaires et Agent de l’Etat à vaquer librement à leur activité professionnelle, étant entendu que toute menace de grève en provenance de toute centrale syndicale était suspendue par le lancement officiel des travaux de négociations par son Excellence Simplice Mathieu SARANDJI, Premier Ministre Chef du Gouvernement le 17 octobre 2018.

Fait à Bangui, le 02 janvier 2019

Le Ministre / Président du CPCN

Jean Louis OPALEGNA    

LAISSER UN COMMENTAIRE