Centrafrique : Les mercenaires tchadiens de l’UPC d’Alkathim font encore parler d’eux en tuant 3 personnes à Maïtikoulou

0

Bangui, le 04 juil.-18

Trois (3) personnes d’une même famille ont été tuées par les éléments du Mouvement Patriotique de Centrafrique (MPC) du général autoproclamé Alkathim hier mardi 3 juillet 2018 dans la localité de Maïtikoulou tandis que les victimes ont été dépouillées de leur moto et des biens matériels et financiers qui étaient en leur possession.

Selon les témoignages des proches parents des victimes que nous avions réussi à contacter c’est personnes qui ont perdu la vie, rentraient abord d’une moto d’un voyage de ravitaillement en produits de première nécessité à Markounda, la principale ville de cette localité et c’est 5 Km de leur entrée dans leur lieu de résidence de Maïtikoulou qu’elles sont tombées dans un guet à penne des hommes du MPC.

Les mêmes sources indiquent que les victimes ont été attachées et torturées par leurs bourreaux avant d’être criblées de balles. Aussi la moto qui les transportait ainsi que tous leurs biens ont été emportés par leurs assassins.

« C’est élément du MPC même qui venu annoncé les cas de décès de ces gens aux paysans qui se trouvaient dans leur champs non loin des lieux de ces crimes odieux » nous a fait savoir un membre de la famille des victimes.

Celui-ci a indiqué que les trois victimes sont issues d’une même famille car, il s’agit d’un père et de ses deux garçons dont le plus jeune a seulement quatorze (14) ans. Aussi, il n’y a aucune présence d’une seule autoritaire civile ou militaire à Maïtikoulou selon les dires de notre informateur.

Il est a rappelé tout ce secteur de Maïtikoulou jusqu’à la Sous-préfecture de Markounda est gérée depuis l’avènement de la crise en 2013 par les éléments tchadiens séléka d’Alkathim qui tuent et pillent les biens d’autrui sur leurs passages sans être inquiétés une seule seconde.

Le récent cas de tueries barbares perpétrées par les mercenaires tchadiens du MPC contre la population civile remonte en mi-juin dernier où une mère d’enfant a été égorgée avec son bébé dans la même localité à une vingtaine de kilomètres de Markounda.

Cette énième tuerie de Maïtikoulou intervient au moment même où le soit disant général Alkathim est déplacement à Ndélé pour régler avec Abdoulaye Hissen un contentieux sur le conflit armé qui oppose les mercenaires tchadiens du FPRC aux éléments natifs appartenant au même groupe armé et qui donne déjà un bilan provisoire de cinquante (50) morts au sein des deux camps.

Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE