Centrafrique : Bangui en pleine activité, les centrafricains ne sont plus d’accord avec les fossoyeurs de la République

0
641

Bangui,  le 09 mai 18

Selon les avis de plusieurs compatriotes résidants dans la ville de Bangui et ses environs qui viennent à l’instant de contacter la rédaction du journal en ligne LE POPTENTIEL, le mot d’ordre de grève de la « ville morte » lancé par le Groupe de travail de la société civile de Paul Crescent BENINGA et Gervais LAKOSSO est un cuisant échec au regard des mouvements constatés ce mercredi 9 mai 2018 dans l’ensemble des secteurs d’activités dans la capitale et ses périphéries.

De l’avis de Joachin KOKATE, ancien Ministre qui est l’un de ses observateurs de cette journée du mercredi 9 mai, « les centrafricains ne sont pas d’accord avec les fossoyeurs de la république c’est ainsi qu’ils n’ont pas respecté l’appel de la ville morte ». Poursuivant l’ancien ministre a indiqué que « les instigateurs de cette fameuse ville morte qui a lamentablement échouée, ont suffisamment de quoi à manger chez eux avec l’argent sale qu’ils ont reçu des mains de leurs parrains tandis que la population qu’ils incitent à ne pas vaquer à ses occupation n’a rien et ne vit que du pain quotidien de sa sueur ».

Pour M. Joachin KOKATE, le peuple centrafricain n’aspire que de vivre en paix et ce peuple entend respecter le principe laïcité. Aussi ce peuple attend voire l’opposition politique jouer son rôle qui celui d’animer la vie politique nationale conformément aux dispositions légales et non se lancer dans une opposition de destruction nationale.

« C’est ces instigateurs des troubles dans la ville de Bangui qui sont des complices et de soutiens à ces criminels du KM5 » nous a lâché l’ancien Ministre KOKATE

Nous osons croire que tous ceux qui attisent présentement le feu dans cette crise que traverse la Centrafrique vont entendre raison et revenir sur la voie de la paix, la réconciliation et la reconstruction du pays et ce, pour le bonheur de ce peuple qui a trop souffert et qui en a marre des turpitudes de certains de ces compatriotes qui ne vivent que du sang du peuple à travers des actes qui sont nuisibles à stabilité de la nation centrafricaine.

Hervé Binah,

LAISSER UN COMMENTAIRE