Centrafrique : Le Tribunal de Grande Instance de Bimbo est mis à l’épreuve dans l’affaire un Centrafricain de la diaspora Gilbert SAUNIE à un cadre du Ministère de la Justice

0

Bangui, le 25 janv. 18

Tous les projecteurs des médias nationaux sont braqués sur le Tribunal de Grande Instance de Bimbo qui est appelé à se prononcer sur l’affaire d’une propriété terrienne litigieuse qui oppose les Gilbert SAUNIE et Roger TABASSE.C’est hier mardi 23 janvier 2018 que cette affaire a été appelée en audience publique au Tribunal de Grande Instance de Bimbo. Et après avoir entendu les différentes parties, le Magistrat qui a présidé l’audience a mis cette affaire en délibéré pour le 6 février 2018.

C’est hier mardi 23 janvier 2018 que cette affaire a été appelée en audience publique au Tribunal de Grande Instance de Bimbo. Et après avoir entendu les différentes parties, le Magistrat qui a présidé l’audience a mis cette affaire en délibéré pour le 6 février 2018.

Pour revenir sur les faits, ledossier de cette affaire qui se trouve devant la justice fait état de ce que le plaignant Gilbert SAUNIE, qui est un fils du pays de la diaspora est propriétaire d’une parcelle où il détient les documents légaux depuis la date du 6 Octobre 2005. Ainsi ce dernier qui a un projet d’installation d’une usine de production en Centrafrique ira rechercher les partenaires à l’extérieur. Voilà qu’au moment où il est revenu au pays pour mettre en exécution son projet car, les machines sont déjà arrivées à Douala et attendent juste leur acheminement à Bangui, un certain Roger TABASSE va brandir une attestation de vente pour signifier que la parcelle de SAUNIE lui appartient car, il l’aurait acheté. Malgré les multiples tentatives de SAUNIE à faire entendre raison à sieur TABASSE à l’amiable, celui-ci use de sa position de fonctionnaire du Ministère de la Justice pour brandir des menaces contre le propriétaire légal du terrain. C’est ainsi que SAUNIE s’est vu obligé de saisir la justice de son pays pour les départager car seule force reste à la loi. Mais la question que le centrafricain se pose actuellement face à une telle affaire c’est celle de savoir où est passé Le mot d’ordre de « Rupture » du Président Touadéra qui se trouve être foulé au pied par un cadre du Ministère de la justice centrafricaine. L’on ne cessera de dénoncer les comportements peu orthodoxe de certains compatriotes véreux qui malgré la volonté des hautes autorités du pays de tourner la page des mauvaises pratiques du passé qui, faudrait-il le rappeler ont contribué énormément au déclenchement de la grave et douloureuse crise que le peuple centrafricain continue de payer le lourd prix.

La presse nationale qui suit de très près ce dossier attend voir la suite que le TGI de Bimbo donnera à cette affaire afin de comprendre nul n’est au-dessus de la loi.

Voici ci-dessous le titre foncier du terrain litigieux.

Dossier à suivre de très près !!!

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE