Centrafrique : Présence signalée des anciens GP de Bozizé qui se déguisent en braqueurs à Ngakobo

0

Bangui, le 20 février 21

La situation sécuritaire du pays reste au cœur des préoccupations de l’heure. La montée en puissance des FACA et leurs alliées concrétisée par le ratissage et la libération de certaines régions du pays, ont mis en déroute les ennemis de la paix de la Coalition des Patriotes pour le Changement du putschiste François Bozizé. Dans leur fuite, ces vampires qui ne vivent que du sang du peuple centrafricain ont désormais élis domicile à Ngakobo et commencent à mettre à péril la quiétude de la population.

Pour la gouverne des communs de mortels, Ngakobo est une ville stratégiquement économique de la RCA  à cause de la SUCAF, l’unique société de la production du sucre. Mais, ces derniers temps, la psychose gagne du terrain dans cette ville et ses environs. Selon plusieurs sources concordantes, les anciens gardes présidentiels de François Bozizé font partie intégrante de la CPC qui continue de mettre à mal la tranquillité du peuple Centrafricain. Suite au récent accrochage qui a opposé les éléments de la CPC de Bozizé avec les forces loyalistes et leurs alliées soldé par l’occupation de ladite zone par les FACA et la fuite voire la débandade de ces criminels. Dans l’optique de poursuivre leur plan machiavélique, ils se sont retrouvés à nouveau à Bambari où les FACA et leurs alliées les ont foudroyé à nouveau.

Ce deuxième échec cuisant a contraint les blessés et bien d’autres à prendre de la tangente dans la brousse et surtout à pied pour la destination de Ngakobo. « Nous sommes dans une panique généralisée ces derniers temps. Les éléments de la CPC ont fait irruption dans la ville, ce qui a paralysé toutes nos activités, les gens ne peuvent plus se promener librement. Ils sont plus de trentaines qui sont arrivés et se sont ralliés avec les Séléka qui sont dans la ville depuis 2012. Nul ne peut nier toutes atrocités commises par les éléments de la coalition séléka dans ce pays. Ce qui est étrange, les éléments de la CPC, plus précisément les gardes présidentiels de Bozizé ont été accueillis et hébergés par la Séléka qui occupe la résidence du docteur de la ville depuis fort longtemps. Certains d’entre eux sont gravement blessés, d’autres malgré cette fuite sont toujours armés. Pour preuve, ils ont commencé à semer de la panique dans la ville à peine arrivée. Ce samedi 20 février dès 4h, ils ont commencé par braquer la population pour prendre des téléphones, de l’argent, et des bijoux en or…. Ceci n’est qu’un signal selon eux», précise un habitant de Ngakobo».

Il est grand temps pour que les autorités compétentes puissent intervenir afin de les neutraliser pour garantir la sécurité dans cette zone. C’est stratégiquement que les éléments de la CPC cherchent à prendre contrôle de cette ville. Ils veulent paralyser la SUCAF, l’unique société de production du sucre en Centrafrique. Ce n’est pas étonnant, c’est la même méthode qu’ils ont utilisé pour bloquer l’axe Bangui-Garoua-Boulai. Les habitants de Ngakobo ne savent pas quand ces ennemis de la paix peuvent attaquer. Urgence d’intervention rapide pour ne pas jouer au médecin après la mort comme la MINUSCA a l’habitude de la faire avec son mandant robuste jamais mis en application.

@Thomson

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.