Centrafrique : La société SAVEX pointée du doigt dans la pollution de l’environnement

0

Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et Ministère du Commerce et de l’Industrie et une équipe parlementaire ainsi que les professionnels des médias ont fait une descente le jeudi 04 juillet 2019, dans les locaux de la société de savonnerie SAVEX suite aux multiples plaintes de la population environnante du constat des résidus toxiques liés aux travaux de la société SAVEX sur la population environnante.

Il s’agit du ministère de l’Environnement et du Développement Durable et du ministère du Commerce et de l’Industrie. L’équipe parlementaire est dirigée par l’Honorable Mathurin MASSICKINI, député de la 2ème Circonscription du 2ème arrondissement et vice-président de la Commission Production à l’Assemblée Nationale accompagné de son collègue Hamadou Aboubacar de la Circonscription de Bambari 1.

C’est au cours de la session extraordinaire qui se poursuit encore à l’Assemblée Nationale à propos de la loi portant Code électoral que le député de la  2ème Circonscription du 2ème arrondissement de la ville de Bangui, l’Honorable Mathurin MASSICKINI a profité de l’opportunité d’interpeller les ministres de l’Environnement et du Développement Durable ainsi que son collègue du Commerce et de l’Industrie sur la situation de cas de pollution constatée autour de la société de savonnerie SAVEX située dans le 2ème arrondissement de la ville de Bangui qui se trouve précisément dans sa Circonscription.

Les experts du Ministère de l’Environnement et leurs collègues du Commerce ainsi que les élus de la nation ont reçu une autorisation des deux Ministères susmentionnés pour inspecter le site afin de s’imprégner de la situation et voir dans quelle possibilité ouvrir une enquête pour établir si oui ou non la société de savonnerie SAVEX est responsable des phénomènes de pollution dans lesquels elle est impliquée.

Pendant une demi-heure, les agents des deux Ministères et les députés ainsi que les professionnels des médias, ont inspecté le site. Depuis la production jusqu’à l’entrepôt, le directeur technique essaye d’expliquer à l’assistance le cheminement de la production sans pour autant reconnaître les faits reprochés à l’entreprise. Pour répondre aux accusations portées à l’endroit de l’entreprise le directeur technique affirme qu’aucun déchet n’est jamais déversé : « Les eaux que nous utilisons pour la production sont conduites dans les tuyaux et reprennent le même circuit pour être réutilisées. En aucun cas, nous déversons ces eaux dans le canal.» a déclaré le directeur technique en réponse.

Après la visite du site, l’équipe est allée visiter le secteur avoisinant pour palper du doigt les effets visibles de la pollution dont il est question. Après une visite dudit secteur et quelques impressions de la population avoisinante, une enquête et surtout un comité de contrôle des eaux usées est primordial pour voir si cette pollution dérive des travaux liées à la société SAVEX ou découle d’un autre effet. Selon les informations recueillies auprès de la population avoisinante, il ressort que les coqs et les chiens qui s’hasardent de boire les eaux usées déversés dans le canal meurent par la suite. On remarque des cas de toux aiguës chez les enfants dont les parents pointent du doigt la fumée qui sort chaque soir du cheminot que les enfants aspirent et ces fumées polluent vraiment la nuit. La plupart des habitants ont vendu leurs maisons pour cause.

Pour madame KAÏMBA Salamatou Directrice Générale de l’environnement, il faut une analyse minutieuse pour se prononcer sur la situation de cette pollution : « Le Ministère de l’Environnement s’engage à pousser des analyses approfondies pour se prononcer.» elle reconnaît néanmoins que le secteur présente des signes de pollution et que son Ministère fera tout pour établir la lumière sur cette affaire.

Pour le parlementaire Mathurin MASSICKINI, il attend le rapport et les résultats de l’enquête du Ministère de l’Environnement mais l’Assemblée Nationale mettra également en place un comité d’enquête pour se rassurer et si possible il fera tout ce qui est à son pouvoir pour envoyer un échantillon de ces eaux usées en France pour une meilleure vérification.

Rappelons que la société de savonnerie SAVEX est implantée depuis plus d’une décennie dans le 2ème arrondissement de la ville de Bangui. Aujourd’hui, cette société se trouve au milieu des habitations et sa présence constitue vraiment un danger écologique pour la population avoisinante. La plupart de ces habitants préfèrent que le gouvernement délocalise cette société et la place au bord du fleuve Oubangui.

@Samuel SOUROUNGBA  

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE