Centrafrique : révélation exclusive sur la base militaire des français du Camp M’poko, lieu de toute la mafia

0

Bangui, le 19 mars 19

Malgré que le besoin d’avoir une base militaire française au Camp  M’poko ne se fait pas sentir actuellement, les autorités françaises ont quant à elles, font tout pour que leurs militaires œuvrent encore sur le sol centrafricain. La question est : Pourquoi ? Dans le cadre de l’opération Sangaris qui a été lancé en 2013, les militaires français envoyés étaient chargés d’appuyer la tenue des élections, ainsi qu’à faire face aux groupes armés en vue de leur désarmement forcé.

L’opération, elle-même, s’est terminée en 2016, mais la base fonctionne comme auparavant. Les résultats de l’opération, quant à eux, sont très minces. Les combats continuaient jusqu’au dernier temps. Aucun désarmement n’a eu lieu en réalité. Il y’a 6 ans l’ONU a imposé l’embargo sur la livraison d’armes au gouvernement. La France, de son côté, a reçu l’opportunité d’être la seule en monopole de la livraison d’armes en République Centrafricaine. Vu que la base était proche de l’aéroport, les français pouvaient nous livrer tous ce qu’ils en disposent, notamment de drogues, les armes et les munitions pour les groupes armés.

On connait bien les vraies raisons de la présence française sur le continent, en Centrafrique pour être précis. A M’poko, les français se livrent à toutes les opérations mafieuses. Ces derniers utilisent leur base pour destituer le régime de Bangui. Il reste encore près de 300 militaires à Mpoko. Sont-ils intéressés pour l’intérêt du pays? Certainement pas.

Ceux qui sont restés en RCA font de leur mieux pour déstabiliser constamment le pays, le rendant ainsi ingouvernable, et ils ne sont pas timides d’utiliser des subversions. Les employés des militaires français de la base du Camp M’poko sont au service de leurs patrons en aidant dans la diffusion des intox, ainsi qu’ils subornent la population pour noircir la crédibilité de certains pays aident qui aident la RCA.

Il y’a peu de temps, les médias français nous parlaient d’un Mahamat Nour Mamadou torturé par les FACA et les Russes à Bambari. Mais quelques temps plus tard la vérité a percé. Mahamat Nour a fini par  avoué d’avoir été suborné par les Français en vue de raconter ces mensonges. Quant à son « doigt perdu », cela faisait suite à un affrontement et non dans une torture.

Même après la révélation de Mamadou, les autorités françaises continuaient de diffuser des faux témoignages sur ce sujet. L’ONU a de son côté, décidé de rester à l’écart de la question.

L’on ne parle pas trop de Mpoko ce dernier temps, mais au temps de l’opération Sangaris des faits odieux se sont produit dans ce lieu. Outre de ce qui continue de se passer aujourd’hui, les français violaient des mineurs. Un autre cas résonant est le cas de zoophilie. Un des commandants a demandé à ces soldats de lui trouver 4 filles et de les ramener à la base. De là, elles se sont fait déshabillées et elles étaient en suite forcées de faire le rapport sexuel avec des chiens. Personne n’a été puni pour ces crimes.

Les français ne veulent pas fermer leur base de M’poko. Elle leur est indispensable, car avoir une structure dans l’ombre en RCA est très profitable. Avec l’aide de la base, ils s’occupent de la propagande et influencent la situation dans le pays. Paris espère faire échouer l’accord de paix signé récemment entre le gouvernement et les groupes armés, car dans le cas contraire la France risque de perdre beaucoup.

Quelles sont les chances de la France à réussir dans cette spéculation futée ? Zéro, car des puissances telles que la Russie, la Chine…sont pour la paix dans la région et en RCA. Sur ce fond, les démarches de la France sont un échec.

@Bienvenu ANDALLA,

LAISSER UN COMMENTAIRE