Centrafrique : Crise de carburant, bousculades et rackettage dans les stations services de Bangui

0

Bangui, le 12 juin 18

Les stations services de Bangui la capitale centrafricaine et ses environs ont été prises d’assaut dans la matinée d’hier lundi par les usagers notamment les véhicules et motocyclettes qui exercent dans le domaine des transports en commun et autres véhicules des particuliers pour cause d’un déficit de carburant constaté un peu partout dans les points de vente ordinaires.

« Cette situation dure déjà trois (3) jours et c’est aujourd’hui que cela s’est empirée car, il faudrait attendre dans un long fil  d’attente pendant plusieurs heures pour avoir accès au carburant » nous a déclaré un Délégué de l’Association des conducteurs des taxis et bus. Il a poursuivi en déplorant le fait que « les agents qui travaillent dans les stations services profitent de cette situation pour racketter les clients car si vous ne donner  pas une petite somme  d’argent  pour les poches des pompistes vous ne serez pas servis  le plus tôt possible » a-t-il-martelé.

Au niveau de certaines stations de la capitale l’on a assisté  ces dernières  heures à des scènes de bousculades qui parfois débouchaient sur la bagarre physique entre les clients qui tenaient à se faire servir bien avant les autres sans tenir compte de l’ordre du fil d’attente.

Du côtés des responsables des différentes sociétés en charge de la commercialisation des produits pétroliers en Centrafrique, dont TOTAL qui se trouve être le leader, c’est un silence de cimetière sur cette crise qui commence a exacerbé les habitants de la capitale et ses environs qui, à cause de la rareté des moyens de transports habituels sont contraints à la marche à pied pour joindre leurs différentes destinations.

Mais certaines sources indiquent que c’est le stock des produits pétroliers qui serait en rupture c’est ainsi que cette situation de crise se fait constater.

D’autres sources indiquent que cette crise est délibérément créée à dessein pour alimenter la crise généralisée qui perdure déjà dans ce pays qui est classé de nos jours le plus pauvre dans la sous-région d’Afrique centrale.

Cependant le centrafricain lambda s’interroge pour savoir où est passée l’Agence nationale en charge de la régulation des produits pétroliers  connue sous le nom de l’ASRP qui malheureusement fait comme les sociétés de commercialisation et ne dit un seul mot sur cette crise au niveau des stations services.  Le moins que l’on puisse dire, est que pour l’heure les Conducteurs des engins ainsi que les usagers des transports en commun sont  dans une situation difficile.

A suivre

Motondi

LAISSER UN COMMENTAIRE