Centrafrique : Qui d’Abdoulaye Issène et de la Minusca asservit la ville de Bria ?

0

Bangui, le 16 nov. 17

Du jamais vu ! Du jamais connu des Centrafricains. Sauf que l’imposition des Nations Unies à travers les casques bleus. Pourquoi Abdoulaye Issèn s’oppose à la réhabilitation de la résidence du préfet de la Haute-Kotto et son installation ? Qui est-il dans la région et par rapport à l’Etat pour imposer ses points de vue à la Minusca qui obtempère ? Anguille sous roche et c’est très dangereux !

Il Ya a à peine un mois que ce monsieur est monté au créneau et proclamer sa capitulation et  son rangement dans l’ordre pour faire décamper les barrières illégales sur le tronçon Bria-Bambari. Il se disait ne plus vivre à Bria mais plutôt à Maloum parce qu’il s’est engagé à faire désarmer tous les groupes armés jusqu’à Bangassou parce que le gouvernement et la Minusca en n’sont incapables.

Est-ce une manière de faire endormir ? Est-ce une réelle et bonne volonté d’œuvrer pour un retour définitif de la paix et de la sécurité en Centrafrique ? Il faut vraiment faire attention à des gens de ce genre qui n’ont pas de parole d’honneur et dont le langage mielleux tend toujours à faire endormir alors que leur et triste volonté est de causé que du malheur partout où besoin n’y est pas.

Ce que nous déplorons est cette tacite volonté de la Minusca, pourtant mandatée pour mettre hors d’état de nuire ces énergumènes qui n’arrêtent pas de massacrer la population civile et surtout l’autorité de l’Etat. Quel est ce jeux auquel se projette la Minusca avec ces meurtriers d’Abdolaye Isséne ? La Minusca est en Centrafrique pour défendre la légalité ou se soumettre aux ordres des chefs de guerre. ça se comprend. C’est un marché noir qui ne dit pas son nom. Les diamants, l’or et les autres ressources minières qui s’échangent entre les responsables de la Minusca et ces barbares. Le peuple le sait. Mais son ras le bol ne tardera pas à venir et ce sera plus dommageable que ce qui se passe en ce moment entre la Minusca et les Chefs de guerre au détriment de l’Etat, du légitime gouvernement dont les représentants sont les préfets et sous-préfets que ces margouillats refusent avec la totale complicité de la Minusca qu’on les installe à leurs postes.

Les FACA doivent être, et de manière impérative être redéployés. Augmenter le nombre des casques bleus n’est pas la solution à la crise Centrafricaine. C’est rendre le peuple beaucoup plus vulnérable et sans défense. Nos Facas…. Nos Facas… Le gouvernement et le Chef de l’Etat doivent prendre conscience du cri du peuple et non se laisser berner par ceux-là qui ne comprennent pas le souci du peuple. Arrêtons le massacre avec le redéploiement des Facas.   

Herman THEMONA

LPC,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.