Rebâtir la ville de Bangui pour en faire une Capitale du temps d’aujourd’hui un défi que le bâtisseur ministre LEFFA s’impose de lever.

0

Bangui, le 13 oct 2017

Un peu plus de 18 mois d’intenses activités qui ont produits des résultats concrets, le secret du Ministre Gaby-Francky LEFFA du Département de l’Urbanisme, de la Ville et de l’Habitat, a été connu de tout Banguissois et a séduit le Chef de l’Etat et son PM qui n’ont pas hésité de reconduire cet homme de terrain. Faire plus qu’avant. C’est le vent qui entraine le ministre LEFFA et qui ne saurait jamais l’arrêter.

C’est merveilleux ! S’exclament tous ceux qui ont eu le loisir d’emprunter l’avenue Boganda et qui arrivent devant le Building, ce glorieux laissé par Bockassa et qui était rentré dans une déconfiture sans pareille. Ce bâtiment, à l’initiative du gouvernement et le ministre LEFFA a été remis en état, un état plus attrayant que l’ancien état même quand il était encore dans sa jeunesse. La technologie performante de l’architecture a eu raison.

Il n’y a pas que le Building. Un petit tour vers les 100 logements construits à sakaî par la coopération agissante entre le Royaume du Maroc et la République Centrafricaine, va davantage amener les Centrafricains à, non seulement jeter des fleurs à ce jeune talentueux qui veut laisser une marque LEFFA qui demeurera indélébile dans la mémoire des Centrafricains d’aujourd’hui et les contemporains de demains, mais plutôt invoquer la grâce et la bénédiction du Tout Puissant pour sa longévité à la tête de ce Département si important pour le bien être des Centrafricains, ce que, bien entendu, ne regrettera personne de raisonnable.

Le vent qui entraine actuellement le ministre LEFFA et qui ne saurait l’arrêter est tel que ce monsieur ambitionne un très grand projet, celui de rendre les  abords de toutes les grandes rues de la Capitale attrayantes avec la construction d’immeubles modernes de dernier cri comme on en voit dans les autres capitales africaines. Il s’agit notamment les avenues de l’Indépendance (PK12-Centre-ville), des Martyrs (Aéroport Bangui-M’Poko-Lycée des Martyrs), Konjugo (Lycée des Martyrs-Siot), de France (Aéroport-Bangui-M’poko-Croisement Koudoukou-Centre-ville),  Boganda (Monument Koudoukou- Pk 0), David Dacko (Pk 0- Pk 9) et Koudoukou (Croisement 4ème –Monument Koudoukou au Km5).

Une ambition démesurée dira-t-on. Oui, c’est tout à fait normal vu l’état dépourvu des caisses du trésor public centrafricain. Mais ce que ceux-là qui disent ainsi ne savent pas encore, c’est les origines des fonds qui ont servi au développement de certaines villes africaines.

Il s’agit bien entendu de l’œuvre des investisseurs potentiels qui ne cherchent que ces chantiers vierges pour s’y activer. Un petit exemple suffirait : les pays d’Asie tels que l’Inde, la Chine, ce grand pays qui n’impose pas des conditionnalités insurmontables à des pays qui lui ressemblent absolument il y a près de deux décennies. La Chine, avec tout ce qu’elle a pu réaliser en peu de temps possède le secret de développement qui vaille bien aux pays sous-développés comme la RCA, mais qui par contre regorgent d’importantes   et inestimables ressources naturelles inexploitées. C’est bien elle qui a remis en état le Building et est aux aguets de la libération des bâtiments des Cités Christoph pour les réhabiliter. Une aubaine que ne comprennent pas les compatriotes, incapables de construire les chez-eux et qui s’entêtent par un refus mal placé de quitter des domaines de l’Etat alors qu’ils cumulent des tonnes d’arriérés de loyers. Que veulent ceux-là qui se disent haut placés dans ce pays ?

Juste ce petit tour d’horizon sur les œuvres et les ambitions du ministre Gaby-Franky LEFFA pour faire comprendre que la Centrafrique est déjà en marche. Il suffit que les autres ministres prennent des initiatives de reconstruction effectives pour que le pays se relève véritablement. Le temps presse et l’on n’a pas droit de le perdre inutilement dans des considérations qui n’ont pas droit de cité à présent.

Ange JOVIN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.