Centrafrique : Village Béyala 19 morts et plus d’une trentaine de blessés graves

0

Bangui, le 16 nov. 17

C’est malheureusement les tristes et néphrologiques statistiques que l’on ne cesse de recensé tous les jours. Béyala est à 32 Km de Sibut en allant vers Dekoua. C’est là qu’est survenu le grave accident.

Ce n’est ni la première ni la dernière fois de déplorer ces genres d’accidents qui endeuillent les familles Centrafricaines. Selon un communiqué gouvernemental, en date du 15 novembre 2017 que nous vous partageons :

« Communiqué de presse C’est avec consternation que le Gouvernement que dirige le Premier Ministre Simplice-Mathieu SARANDJI, sous la très haute impulsion du Président de la République Faustin-Archange TOUADERA vient d’apprendre la nouvelle d’un grave accident de circulation à quelques kilomètre de Sibut dans la Kémo d’un véhicule excédant le chargement en provenance de Kaga-Bandoro (Nana-Gribizi). Par conséquent, Il compatit les douleurs avec les familles éprouvées à cet effet. Tient aussi à mettre en garde tout centrafricain contre le non-respect les règles en vigueur dans le pays ».

On ne le dira jamais assez des surcharges des camions sur les routes de Centrafrique. C’est comme si juste un seul voyage suffirait à récupérer tous ce qui est dépensé sur le véhicule. Du vent qu’on ne pourra jamais rattraper sauf que de perdre des vies humaines.

Le scandale est qu’en voulant trop gagner, on perd des êtres chers à leurs parents. Et de surcroit, ceux qui investissent pour mettre en route ces véhicules n’en profitent guère car ce sont les chauffeurs et les surveillants de ces véhicules qui en tirent le meilleur profit.

Deuxième degré de scandale, les5 agents de la force de sécurité intérieure. Est-ce qu’ils font vraiment leur travail ? Absolument pas. Ils s’en fichent de la vie des compatriotes juste parce qu’on leur verse juste 500 à 1000 F CFA voire même moins que cela et ils laissent faire.

Autre chose et la plus sérieuse, c’est l’état de dégradation des routes qui fait que les voyageurs se ruent sur la première et peut-être l’unique occasion, même si le chargement laisse à désirer pour vouloir rentrer après des semaines voire des mois de patience. Et alors, devra-t-on s’étonner des cas d’accidents mortels ?

Ce sont des centrafricains qu’on perd chaque jour dans ces accidents. Il va falloir que le gouvernement et très particulièrement les ministères des transports, de la sécurité publique et des travaux publics songent à faire commune pensée afin de déterminer les conditions nécessaires pour réduire ces fréquents cas d’accidents mortels qui tendent à être banaliser alors que c’est des compatriotes qu’on perd.

Le Potentiel Centrafricain,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.