Centrafrique : Antonio Guterres à Bangui, une visite et des réalités qui agacent les fugaces politiciens

0

Bangui, le 26 oct. 17

La venue du Secrétaire des Nations Unies n’est pas du goût de certains hommes politiques dont le perfide travail consiste à mijoter et tout mettre en œuvre tout ce qui concoure à bloquer l’émergence du pays de la crise qui le secoue. L’illustration est l’arrivée dans le pays d’Antonio Guterres qui frustres les soit disant opposants.

Lorsque naît foncièrement mauvais, on a toujours une mauvaise pensée de ce qui est bon. On s’acharne toujours à développer des arguments qui détruisent ce qui se fait de bon. Et c’est malheureusement cela le comportement de certains hommes politiques bien connus des Centrafricains qui, avide d’occuper le palais de la renaissance, ambition qu’ils n’arriveront jamais à atteindre à cause de leur cœur trop noir.

Que disaient les sieurs Anicet Georges Doleguélé, Alexandre Ferdinand Nguendet et Abdou karim Meckassoua au lendemain des dernières élections législatives et présidentielles? Qu’ils étaient prêts pour la cause de la  Centrafrique qui a tant souffert, de travailler pour appuyer le président Touadéra à sortir le pays de l’ornière dans laquelle il se trouve. N’est-ce pas que Doleguélé l’a prouvé en prenant son téléphone pour appeler et féliciter Faustin-Archange Touadéra son challenger à l’issue du 2ème tour des élections présidentielles ? N’est-ce pas la même chose qu’a faite Alexandre Ferdinand Nguendet en s’adhérant à la mouvance « Cœur sacré » ? Parole d’homme ou pure stratégie de ruse pour guetter et mieux dévorer sa proie ?

Lorsque tous ceux qui aspire au bonheur des Centrafricains œuvrent aux  du Chef de l’Etat pour sortir le pays de sa désastreuse situation, il y en a qui font le gros malin de persuader qu’ils peuvent mieux faire que  ceux dont le choix du peuple est porté sur eux. Oui, on ne remet pas en cause leurs capacités à mieux faire, mais que signifie mieux faire pour ceux, là ?

Sous d’autres cieux, mieux faire c’est mener des plaidoyers, gagner la confiance des partenaires investisseurs, les faire affluer au pays pour des réalisations concrètes et visibles par le peuple qui seul peut apprécier. Ce n’est pas organiser discrètement des groupes, les financer avec l’argent sale et les inciter à semer le désordre pour dire que les autorités en place sont incapables de mieux faire.

Très mauvais comportement qui n’est pas digne d’un homme politique amoureux et soucieux de son pays et de son peuple. Dieu n’admet jamais cela. C’est pourquoi, la tentative de troubler l’ordre public avec des concerts de casseroles juste au moment un illustre hôte qu’Antonio Guterres arrive dans le pays n’a pu réussir comme l’espéraient les organisateurs.

Qu’Anicet-Georges Doléguélé, Alexandre Ferdinand Nguéndet et Abdou karim Meckassoua qui sont décidés à torpiller et faire saborder les efforts du gouvernement et des autorités pour le relèvement du pays sachent une et une chose. Le Centrafricain d’aujourd’hui qui est désormais très aguerri par la crise centrafricaine, œuvre des hommes politiques, qui l’a sérieusement éméché au point de démolir totalement, ne peut plus se fier à des rusés tortionnaires de peur d’être totalement anéanti à l’image de bon nombre de compatriotes qui à force de suivre des véreux politiciens y ont laissé leur peau.

Plus jamais ça, ont juré les quelques têtes qui ont néanmoins survécu au drame centrafricain. Il est bon que ces trois trafiquants de chair humaine le comprennent ainsi pour rengainer  leur sale habitude et se consacrer sérieusement à une politique de relèvement du pays, lequel ils aspirent gouverner un jour.

A bon entendeur, salut.

Bienvenu ANDALLA

LPC, 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.