CENTRAFRIQUE : MSF COMMUNIQUE SUITE AUX AFFRONTEMENTS AU VILLAGE POMBOLO

0

Bangui, le 20 oct. 17

Les violences inter communautaires dans les villes de provinces continuent de faire des victimes au sein des différentes communautés.

Suite aux affrontements au village Pombolo, les équipes médicales de MSF à Bangassou ont reçu et pris en charge quelques blessés.

Reprise de combats dans le sud-est de la Centrafrique – les victimes sans aide humanitaire Bangui, le 20 octobre 2017 Moins d’une semaine après la signature d’un nouvel accord de cessez le feu entre différents groupes politico-militaires actifs dans le pays, MSF témoigne des conséquences d’une recrudescence de violence dans le sud-est de la RCA. A Bangassou, dans la préfecture du Mbomou où l’organisation humanitaire fournit des soins médicaux à travers un projet d’urgence, les équipes médicales MSF ont déjà pris en charge 14 blessés suite aux affrontements dans le village de Pombolo. D’autres blessés seraient également en route. « Nous avons entendu que de nombreux blessés ayant besoin de soins vitaux ne peuvent pas arriver à notre structure à Bangassou pour des raisons sécuritaires. Malgré nos contacts avec les différentes parties au conflit avec qui nous sommes en négociations journalières pour continuer le travail humanitaire dans la région, nous ne pouvons ni confirmer l’impact des combats, ni obtenir les garanties nécessaires permettant d’envoyer une ambulance pour aider les blessés » explique Frédéric Lai Manantsoa, représentant de MSF en Centrafrique. « Bien que nous soyons à Bangassou , par manque de moyens de communication dans les zones isolées, nous n’avons aucune visibilité sur l’impact des combats à l’ouest de la ville, et aucune assurance de pouvoir apporter une aide humanitaire impartiale basée sur les besoins effectifs des populations affectées par les combats qui, selon les informations partielles dont nous disposons, est de nature urgente et vitale. Le risque est simplement trop élevé pour que nous envoyions nos équipes sur place. Cet épisode montre, encore une fois, les limites de l’aide humanitaire en Centrafrique. Les multiples affrontements dans le pays font des victimes de tous bords, qui souffrent et meurent sans qu’on ne le sache, et sans qu’on ne puisse soulager leurs souffrances sauf à prendre des risques inconsidérés pour nos équipes » ajoute le représentant pays de MSF. A travers une quinzaine de projets médicaux, MSF voit que la situation devient de plus en plus instable, et la vie de plus en plus précaire pour les populations pour lesquelles elle travaille. Depuis le début de l’année, dans un quart de ses projets médicaux en RCA, les principaux soins apportés aux populations par les équipes sont liés, directement ou indirectement, au conflit (blessures de guerre ou pathologies liées à l’impossibilité pour les populations d’accéder à des soins primaires de base à cause de la destruction des structures de santé ou dans des localités sous contrôle de groupes armés). MSF est une organisation humanitaire qui travaille en République centrafricaine depuis 1997, offrant des soins médicaux d’urgence à ceux qui en ont le plus besoin à travers le pays. L’organisation est neutre, indépendante et impartiale. Elle ne pourrait travailler en République centrafricaine sans le respect des structures médicales, du personnel, des patients, ainsi que des ambulances et des systèmes de référence, et ce de la part de toutes les parties au conflit.

LAISSER UN COMMENTAIRE