Le Rassemblement Pour la République RPR, en phase de devenir le Rassemblement Pour la Démolition de la République (RPDR).

0

Bangui, le 19 oct. 17

C’est une vérité que tout Centrafricain soucieux de ce pays doit graver en lettre d’or au fond de son cœur.  Tous ceux-là qui se réclament faire de la politique en Centrafrique continuent de montrer leurs vrais visages de destructeurs.

Alexandre Ferdinand Nguedet Président du RPR

Le cas frappant est celui de Alexandre Ferdinand NGUENDE qui, hier, à la tête du parlement transitoire de la Centrafrique, avait montré un caractère qui avait amené les Centrafricains a lui jeter des fleurs, voire même le considérer comme l’homme de la situation.

Seulement, nous disons seulement, ce principe d’écarter de la course au pouvoir, tous ceux qui ont géré la transition, l’a transformé en une bête féroce, plus féroce que lui-même ne s’y reconnait pas mais obligé à s’admettre ainsi par la nostalgie des égards et des honneurs qui lui étaient rendus à son temps et qu’il n’arrive pas à supporter d’en être extirpé. Que se passe-t-il ? Pourquoi est-il devenu si aigri au point d’être méconnu par ses admirateurs d’hier ?

Alexandre-Ferdinand NGUENDE a choisi une très belle voie, celle de gérer un parti politique. Et gérer un parti politique n’est pas se mettre à faire des déclarations avec des non-sens et des propos que le Centrafricain ne s’y retrouve point. Quelle mouche l’a piqué ? Est-ce ce Ferdinand-Alexandre dont la voix portait comme celle de feu Jean-Bedel Bokassa qui se met à pleurnicher comme une dame amoureuse et devenue malheureuse parce que sont tendre chéri l’a quitté pour les bras d’une autre ?  Ce n’est pas nous qui le disons mais nous vous laissons, chers internautes, le soin de faire votre propre analyse des propos d’Alexandre-Ferdinand NGUENDET.

Son appartenance ou non à l’Union Sacrée.

Elle lui a été dictée ou alors imposée par qui ? C’est de plein gré et en bon fils du pays qu’i s’est adhéré à la politique de Touadéra pour la poursuite de la mise en œuvre de ce que lui-même avait commencé pendant la transition. S’était-il trompé ? Pourquoi se rétracter par la suite ? Est-ce cela redonner un nouveau souffle à la RCA comme il le dit, nous citons : « A l’issue de l’élection ayant porté à la tête de l’Etat le candidat Faustin Archange Touadéra, le 14 février 2016, le Rassemblement Pour la République (RPR), s’est rallié sans condition à la majorité présidentielle dans le cadre de la défunte « Union Sacrée » afin de redonner un nouveau souffle à la RCA.

Lui-même qualifie l’Union Sacrée qui est l’émanation de sa pensée de défunte, pourquoi ? Son seul retrait de cette union, et parce qu’il n’y travaille plus signifie-t-il sa mort subite. Est-ce qu’il pense que sa personnalité est d’une primauté supérieur que celle des autres membres de cette union qui n’ont pas reculé et qui travaille encore pour redonner un nouveau souffle à la RCA ? Qu’il se détrompe.

Le débauchage des députés du groupe parlementaire RPR

Que signifie le mot débauchage ? « Licenciement, congédiement… ».Ce qui signifie qu’il y a eu embauche, ce qui veut dire qu’il y a un patron, un processus de recrutement ou d’embauche qui a abouti à l’emploi d’un personnel, ceci sur critère de compétence. C’est diamétralement opposé à un processus d’élection où un choix est exprimé par des électeurs. Or Ferdinand-Alexandre NGUENDET considère les députés du groupe affilié à son parti comme ses employés qu’il peut manipulé à sa guise et c’est cela qu’il exprime par ces mots : « Là où l’on pensait que le régime avait atteint les sommets dans le projet de destruction de la démocratie en RCA et la tentative d’anéantissement politique de ceux qu’il considère comme les principaux obstacles à sa politique tant rejetée par la population centrafricaine, l’on découvre avec effarement que le programme du pouvoir va encore plus loin. En effet, pas plus tard que le lundi 16 octobre 2017, nous avons reçu une lettre de démission collective de l’ensemble du groupe parlementaire RPR, soit à peine une semaine après la convocation de deux (2) leaders de l’opposition devant la Commission d’Enquête Judiciaire ».

Notre rédaction a trop à dire sur la déclaration de ce Ferdinand-Alexandre Nguendet qui veut tout de suite prendre le pouvoir d’entre les mains de TOUA. Mais il l’attaque gauchement car ce n’est l’actuel président qui a interdit à tous ceux qui ont assuré la transition de se présenter aux élections passé. Il n’en sera pas ainsi la fois prochaine, c’est-à-dire en 2021 ou 2022. Un peu de patience et tout ira pour le mieux. Mais en attendant portons-nous tous à redonner un nouveau souffle à la RCA « dixit Ferdinand-Alexandre Nguendet »

Suite de cette analyse dans notre prochaine publication.

Herman THEMONA

LPC,

LAISSER UN COMMENTAIRE