Libye : Paris presse le pas, avec l’Union africaine

0

La France et l’Union africaine souhaitent organiser une conférence nationale interlibyenne avant fin 2017. Un événement qui aura pour but de définir un plan d’action pour sortir la Libye du « chaos ».

Selon nos informations, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a téléphoné le 13 septembre au président congolais, Denis Sassou Nguesso, pour lui faire le compte rendu de son voyage en Libye des 4 et 5 septembre. Critiqués à mots couverts par les participants au mini-sommet du comité de haut niveau de l’UA de Kintélé (Congo), le 9 septembre, pour avoir organisé en solo – et sans y associer l’UA – la rencontre entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar à La Celle Saint-Cloud, fin juillet, les Français ont retenu la leçon.

Paris s’est en effet rallié à la proposition africaine d’organiser, avant la fin de cette année, une conférence nationale interlibyenne sous l’égide de l’UA et qui rassemblerait près de 800 délégués. Reste à préciser le lieu : Addis-Abeba, Dakar (le président Macky Sall a donné son accord de principe) ou Monaco, comme le propose la France. Déterminée à ce qu’une consultation électorale (dont les contours restent flous) se tienne en Libye au cours du premier semestre de 2018, la diplomatie française, par la voix de Le Drian, a fait savoir à ses interlocuteurs libyens qu’elle n’accepterait pas la prolongation du gouvernement d’entente nationale, que dirige Fayez al-Sarraj, au-delà du délai de deux ans fixé par l’ONU. Soit le 17 décembre 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE