Déclaration de son Excellence Madame le Ministre de la promotion de la Femme, de la Famille et de la protection de l’Enfant à l’occasion de la journée Internationale de la Femme Rurale, Edition 2017.

0

Bangui, le 15 oct. 17

SONY DSC

Demain le 15 oct. 17, La République Centrafricaine célébrera la journée Mondiale de la Femme Rurale à l’instar des autres pays du monde membres de Nations Unies.

Cette journée qui est célébré chaque année a été initiée par plusieurs Organisations Non Gouvernementales à Beijing en 1995 lors de la 4eme Conférence Internationale de l’Organisation des Nations Unies sur les femmes.

La première célébration a été organisée en 1997 par la « Fondation Sommet Mondial des Femmes » (WWSF).

Cette journée a été pour objectif d’attirer l’attention de la communauté entière sur le rôle que joue la femme rurale dans le développement agricole et aussi de celui du monde.

En effet, il est admis que les femmes rurales jouent un rôle clé pour aider leur foyer et leurs communautés à atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à générer des revenus et à améliorer les moyens d’existence et de bien être d’une manière générale.

Elles contribuent énormément aux travaux agricoles en tout genre et font fonctionner les économies locales.

Cependant elles sont confrontées à d’énormes défis et contraintes structurelles les empêchant de jouir pleinement de leurs droits et freinant ainsi les efforts pour l’amélioration de leurs conditions de vie et celles de leurs familles.

Parmi ces défis et contraintes, l’on note l’analphabétisme, le manque de formation professionnelle entrainant l’insuffisance à l’emploi rémunéré, le non accès des femmes aux ressources productives  et à la erre, le difficile accès aux services sociaux de base d’une manière générale et aux services de santé en particulier car elles sont les plus exposées aux risques de mortalité maternelles. L’accès aux crédits agricoles et les contraintes liées aux changements climatiques sont au centre de leurs préoccupations.

E RCA, la population est composée de 52,2% de femmes dont la majorité vit en milieu rural.

On compte plus de 70% de femmes rurales dans le secteur de la production vivrière. Les femmes rurales représentent, selon le tableau désagrégé d’exécution des opérations culturales en vivriers, les catégories sociales les plus actives dans les travaux de labour, semis, sarclage, récolte et commercialisation (75% chez les femmes contre 25% pour les hommes.)

Les femmes rurales en RCA n’échappent pas à ces défis et contraintes mais en plus de celles-ci, elles sont confrontées à l’épineux problème d’insécurité que connait le pays depuis quelques années. Elles sont souvent victimes de violences sexuelles ou autres formes de violences tout simplement parce qu’elles sont femmes.

La survivance des croyances, les réalités culturelles, les normes sociales et les relations d’inégalité entre hommes et femmes dans la société n’aident guère les femmes à sortir de la situation de dépendance économique et la pauvreté à laquelle elles sont confrontées.

Le gouvernement, à travers le Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la protection de l’Enfant, conscient des conditions de vie précaires des femmes rurales en RCA a placé la manifestation d cette année sous le thème « Autonomisation économique des femmes rurales et développement durable » pour la simple raison que notre beau et cher pays ne peut pas prétendre au développement sans la participation et l’accompagnement à de meilleurs conditions de vie.

Je voudrais m’adresser à mes sœurs en ces termes, femmes rurales de Centrafrique, vous faites partie des acteurs de développement de votre pays, à ce titre, vous devez être solidaires, courageuses et entreprenantes afin de braver les difficultés de tout genre. Ce n’est que de cette manière que vous aiderez les zones rurales en Centrafrique à émerger.

Je vous invite donc à dépasser les défis de l’heure et à prendre conscience de votre place et rôle dans la reconstruction de notre pays.

Fort de tout cela, nous devons mobiliser nos efforts et travailler en synergie (Gouvernement, Partenaires au Développement et toute la Communauté) en vue d’améliorer le cadre de vie des femmes rurales.

Le Gouvernement que dirige son Excellence Simplice Mathieu ARANDJI sous la clairvoyance de son Excellence le Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat et les partenaires au développement s’engagent à vous aider et vous accompagner à mieux contribuer au développement de notre pays.

Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE