Centrafrique : Déclaration fulminante de Didacien Blaise Kossimatchi sur le retour en catimini de François Bozizé et l’arrivée de Michel Djotodia

0

Bangui, le 13 janvier 20

Le Mouvement TALITHA KOUM par la voix de son coordonnateur national, Blaise-Didacien Kossimatchi, a fait une déclaration ce 13 janvier 2020. Cette déclaration est relative à l’arrivée en Centrafrique de l’ex-président Michel Djotodia et retour en catimini et éhonté de François Bozizé. Blaise-Didacien Kossimatchi n’a pas passé mille chemins pour dénoncer les manœuvres diaboliques de Bozizé et son Knk qui visent à remettre en cause la prouesse du président Touadéra pour la paix, la sécurité et le développement du pays. Ce dernier à travers cette déclaration exhorte les deux personnalités politiques, à œuvrer pour la paix et non de faire preuve des sirènes de la mort qui veulent toujours entretenir la division et la haine dans le pays.

 DECLARATION DU TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE RELATIVE A L’ARRIVEE DE L’EX PRESIDENT MICHEL DJOTODIA

 Centrafricaines, centrafricains, très chers compatriotes,

L’ex Président Michel DJOTODIA, le chef de la coalition Séléka qui a renversé le régime du Président BOZIZE en 2013 et a lui-même par la suite été contraint à la démission le 10 janvier 2014, a foulé le sol de son pays le 10 Janvier 2020, soit exactement un an jour pour jour après un exil à Cotonou au Bénin.

Ce retour au bercail intervient après celui de l’ancien Président BOZIZE lui-même rentré au pays le dimanche 15 Décembre 2019.

Le retour au pays de ces deux protagonistes de la crise centrafricaine après le rapatriement volontaire de milliers de centrafricains réfugiés dans la sous-région est la résultante de la politique courageuse de pacification du pays entreprise par le Président Faustin Archange TOUADERA et témoigne si besoin en était de la ferme et manifeste volonté du Président de la République de réconcilier les filles et fils du pays et consolider la paix et l’unité nationale retrouvées du peuple centrafricain.

Le centrafricain lambda se pose moult questions et d’ailleurs à juste titre sur les tenants et aboutissants du retour de ces deux personnalités, qui ne sont autres que les acteurs majeurs de la crise dans laquelle ils ont plongé le pays depuis bien avant 2013, crise à multiple inconnus que le Président TOUADERA parvient Dieu merci à juguler grâce à une habileté et une dextérité sans pareil.

L’on s’interroge donc sur la volonté réelle de ce duo d’ex Présidents d’aller à la paix et surtout du sort qu’ils entendent réserver au peuple centrafricain à l’orée de 2020.

S’agissant de Michel DJOTODIA, il faut reconnaitre qu’il a opté de manière nette pour une démarche républicaine qu’il faut saluer. Son retour a été précédé d’une missive à l’attention des plus hautes autorités de l’Etat, missive dans laquelle il n’a pas manqué de saluer et encourager les efforts du Président de la République pour la paix et l’unité du peuple centrafricain. Il a fait amande honorable en présentant son mea culpa au peuple centrafricain tout en se revendiquant désormais homme de paix fort de la médaille d’Ambassadeur de paix qui lui a été décernée.

Son appel au peuple centrafricain pour un large soutien au Président TOUADERA marque sa volonté à œuvrer pour éviter que la RCA ne retombe dans les travers d’une crise aux conséquences inconnues et incalculables pour un peuple meurtri qui n’aspire qu’à la paix et à l’unité nationale.

Cette attitude républicaine et d’humilité mérite d’être saluée et encouragée bien que le chemin demeure encore long pour juger de la sincérité des uns et des autres, vu la duplicité habituelle à laquelle la classe politique centrafricaine nous a malheureusement habitués.

Le peuple a pris acte du mea culpa du Président DJOTODIA mais attend le juger à l’œuvre de ses engagements effectifs en faveur de la paix et de l’unité nationale.

Pour ce qui est de l’ex Président BOZIZE, le peuple centrafricain s’étonne de la démarche usitée par l’homme qui a renversé PATASSE le 15 Mars 2003 et a géré le pays pendant plus de dix ans avant le renversement de son régime en 2013 et son départ en exil en Ouganda.

Son retour in catimini par un trou de rats sur le territoire national, son intrusion sur la scène politique qui s’en est suivi sans qu’il n’ait pris les soins de régler les questions préalables ni se soumettre aux règles de bienséances, dénotent d’une attitude revancharde et d’une volonté obstinée de défier le peuple centrafricain et entretenir un climat-électrique qui ne vise qu’à saper les efforts consentis par le Président Faustin Archange TOUADERA, efforts dont les résultats ont permis son retour au pays sans qu’il ne soit inquiété.

Le chapelet de conditions qu’il pose pour sa rencontre avec le Président TOUADERA prouve qu’il manque de lucidité pour regarder les choses en face et admettre que le temps a passé et lui avec.

Ses accointances avec les ultra-tribalistes Bertin BEA, et autres sans compter ses amitiés de circonstance avec une opposition aux abois notamment avec le djihadiste KARIM MECKASSOUA ainsi que le marmiton Thierry SAVANAROLE MALEYOMBO témoignent d’une conspiration ourdie contre les institutions de la République.

En effet comment comprendre que le Président BOZIZE renversé par DJOTODIA en 2013 manifeste une telle animosité contre son cadet qu’il a lui-même amené en politique et qui par la seule volonté du peuple centrafricain assure aujourd’hui la magistrature suprême de l’Etat ?

TOUADERA est arrivé aux affaires après DJOTODIA et SAMBA-PANZA, il n’est en rien dans les malheurs du président BOZIZE mais bien au contraire a hérité d’un pays en lambeau laissé par ses prédécesseurs. Grâce à ses efforts inlassables, le peuple centrafricain perçoit aujourd’hui de manière claire et nette le bout du tunnel. L’objectivité voudrait qu’on reconnaisse au Président TOUADERA cette prouesse et les efforts qui permettent aujourd’hui une sortie de crise en Centrafrique.

Aussi, nous appelons l’ex Président BOZIZE à la retenue et surtout à opter pour une démarche républicaine en toute humilité. Le peuple centrafricain a besoin de paix pour la reconstruction du pays. Il doit faire la paix avec lui-même et faire la paix avec le Président TOUADERA pour donner une chance à la paix en Centrafrique.

Nous savons tous qu’une paix sans justice n’est qu’une grimace de mauvais goût mais le Président TOUADERA grâce à son nationalisme et son charisme d’homme de paix a accepté le retour de ces anciens présidents sur le sol centrafricain. Ils doivent résolument s’engager sur le chemin de la paix et de l’unité nationale et laisser de côté les sirènes de la mort qui veulent toujours entretenir la division et la haine dans le pays.

Comme disent les latins « OTIUM EST INAESTIMABILE » autrement dit « LA PAIX N’A PAS DE PRIX ».

 

Fait à Bangui, le 13 Janvier 2020

Le Coordonnateur National de TalithaKoum Centrafrique

 

Blaise Didacien KOSSIMATCHI

 

LAISSER UN COMMENTAIRE