Centrafrique/Beijing: Trois importants sites touristiques chinois visités par les journalistes et professionnels des médias centrafricains

0

Bangui, le 13 novembre 19

Comme prévu à l’agenda du Séminaire de Beijing 2019 des médias centrafricains organisé par  l’Institut de Recherche et de Formation de l’Administration Nationale de la Radio et de la Télévision (RTI-NART) de la République Populaire de Chine (RPC), les journalistes et professionnels des médias centrafricains ont visité trois importants sites touristiques et culturels de la République populaire de Chine à Beijing, sites très fréquentés aussi bien par les Chinois eux-mêmes que les étrangers en séjour en Chine pour une courte ou longue durée.

 

  • Le Marché Xiushui ou Marché de la soie

Le dimanche 10 novembre 2019 de 10h30 à 15h, c’est l’imposant Marché de la Soie situé en plein centre de Beijing à la rue dite de la Soie (Silk Street) qui a été visité. Construit en 1978 par un particulier comme centre commercial, le Marché de la Soie est le principal lieu de vente de toute la Chine textile, électronique, bureautique, esthétique, cosmétique, informatique, artisanale, industrielle et technique de la capitale.

Marché le plus populaire de Pékin situé Rue de la soie, c’est un grand magasin modernisé sur six étages, un lieu de shopping populaire parmi les touristes. Il propose une vaste gamme de produits, y compris de la soie, des souvenirs, des bagages et des vêtements de marque. Les vendeurs peuvent être un peu insistants et ils essaient de faire payer autant qu’ils peuvent. Le client doit savoir être dur, savoir négocier, et regarder dans plusieurs étales, car la plupart des marchandises apparaissent plus « beaux » alors que ce sont des produits de contrefaçon, surtout les produits électroniques.

Mais les séminaristes ne se sont pas fait prier pour aller droit au but: acheter des habits, des chaussures, des produits d’entretien, mais surtout les matériels de travail de première main que sont les téléphones, les tablettes et ordinateurs portables à plusieurs applications intégrées, sans oublier les articles et produits de beauté pour les femmes (les mèches brésiliennes et les produits de massage). C’est avec des mains pleines de sacs remplis que la plupart des participants sont retournés à l’hôtel de résidence à 16h 30.

  • La Grande Muraille

La Grande muraille a été visitée dans la matinée du lundi 11 novembre. Beaucoup de participants ont joué au héros en grimpant les marches de ce site jusqu’à son pic. Ils ont été certainement influencés par ces paroles du leader Mao Zedong qui disait: «Qui n’a jamais grimpé la Grande Muraille n’est pas un héros». 

Là, l séminaristes ont découvert et noué même des amitiés avec des visiteurs chinois, russes, polonais, américains, mexicains, français, belges, allemands et d’autres africains qui étaient nombreux à grimper la Grande Muraille.

Pour mémoire et selon les explications données par M. Ding Liang alias Simon (le guide touristique chinois mis à la disposition des délégués centrafricains), la Grande muraille est une grande forteresse longue de milliers de kilomètres, construite par les Chinois pour se protéger contre les ennemis et envahisseurs armés, notamment les Mongols réputés être les grands guerriers à l’époque. Sa construction remonte à l’époque des printemps et autonomes des Royaumes combattants. Les vestiges de la Grande Muraille existant furent construits sous la dynastie des Ming au 14e siècle. Elle est l’un des témoins de la longue histoire de la Chine.

La Grande Muraille est un mur de protection érigé par les Chinois pour se prémunir des invasions des peuplades des steppes du nord (mongols, huns, mandchous, etc.). Elle est l’édifice le plus grand construit par l’homme en termes de longueur, surface et masse. C’est un des lieux touristiques les plus visités au monde.

En fait, la construction de la Grande Muraille a connu trois étapes. La première a été construite en l’an 221 avant Jésus-Christ, selon M. Ding Liang, sous la dynastie des Qin. 5000 hommes ont œuvré pour construire, pendant 10 ans, cette première Grande muraille  longue de 7.000 km, allant de l’Est à l’Ouest de Beijing antique. L’ouvrage mesurait 35 m de haut et 3 m de large.

La deuxième Grande muraille a été construite en l’an 206 avant J.C, sous la dynastie des Han. Les travaux qui avaient duré 10 ans, avaient mobilisé 50.000 hommes. Longue de 20.000 km allant de l’Est à l’Ouest, sa hauteur est de 7m sur 4 m de largeur.

La 3è Grande muraille a été construite en 1368 à Juyongguan, une localité de Pékin, toujours selon M. Ding Liang, sous la dynastie des Ming. Un (1) million d’hommes ont été mobilisés pour construire l’édifice long de plus de 8 700 km et mesurant 150 m de hauteur, pendant 20 ans, allant de l’Est à l’Ouest de Beijing. « La particularité de cette forteresse est qu’elle est construite dans des montagnes. C’était le meilleur système de défense et la meilleure stratégie à l’époque pour surveiller et protéger le territoire et les populations contre les ennemis », a martelé le guide touristique.

La construction de la Grande muraille s’est faite à base de dolomites et de briques, donnant un aspect blanchâtre différent des autres sections. Il faudra passer 43 tours de guet, pendant 4 à 5 heures de marche.

Chaque année, ce sont des millions de touristes aussi bien chinois qu’étrangers qui viennent visiter la Grande Muraille de Juyongguan.

Selon Ding Liang, on estime à 60 000 le nombre des personnes qui visitent chaque jour la Grande muraille de Juyongguan (et 70 000 pour la Cité Interdite). Le coût du ticket d’entrée est de 45 yuans (soit environ 3 600 FCFA) par personne en haute saison (d’avril à fin octobre), contre 60 yuans (soit 4 800 FCFA) pour la Cité interdite à la même période.

Plus de 300 dirigeants et célébrités étrangers et internationaux ont gravi la Grande Muraille, dont les anciens présidents américains Richard Milhous Nixon (en 1972) et Ronald Wilson Reagan, ainsi que l’ancienne Première ministre britannique Margaret Hilda Thatcher.

En 1987, la Grande Muraille est classée patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2001, elle est classée dans la catégorie A des sites touristiques chinois et placée sous tutelle de l’Administration Nationale du Tourisme de la République Populaire de Chine. Elle fait partie des sept (7) merveilles du monde et reste incontestablement l’une des plus belles et des plus impressionnantes constructions sur notre planète.

Tel un gigantesque dragon, la Grande Muraille domine déserts, vallées, montagnes et plateaux. ..

La supervision de la Grande muraille de Juyongguan est assurée par la Commission du Développement du Tourisme du District de Changping à Beijing.

  • Le Parc olympique de Beijing

Toujours sous le guide de M. Ding Liang, les délégués centrafricains ont visité le Parc olympique de Beijing, le site où étaient organisés les Jeux Olympiques de Beijing de 2008.  Les travaux de construction avaient duré 8 ans (de 2000 à 2008) pour accueillir les J.O. qui étaient officiellement ouverts le 08.08.2008 à 8h 8mn 8 secondes. Les journalistes et professionnels des médias centrafricains ont été émerveillés de la qualité architecturale des différentes composantes du site à savoir:

-le Stade national de Beijing (National Stadium of Beijing) qui a la forme d’un Nid d’oiseau;

-la Tour de la Télé (Bureau réservé aux médias);

-la Cuve d’eau, qui renferme une merveilleuse piscine servant de Centre de natation ou centre aquatique;

-le Centre international des conférences;

-l’Hôtel olympique 7 étoiles;

-le Centre sportif olympique qui renferme plusieurs aires de jeux olympiques;

-le Centre de lecture et recherche sur la littérature chinoise ancienne et contemporaine;

-le Musée chinois des sciences et technologies;

-le Temple Niangmong de Beijing (un lieu de culte);

-la Forêt du parc olympique, réservée aux promenades et marches de détente ou de santé;

-le Centre de shoping Xin’ao;

-le Linglong Pagoda;

-le Centre touristique où l’on peut découvrir et s’offrir les objets artistiques, culturels et artisanaux de la Chine, mais qui sert aussi de lieu de repos, avec 12 chaises assises;

-la longue allée pour les déplacements à pied ou avec des véhicules de transport touristique spécialement fabriqués à cet effet;

-différentes statues et aires de détente qui reflètent l’olympisme et le génie chinois de la créativité artistique et culturelle, dans un environnement sain et serein, qui traduit le respect des Chinois de l’écologie et de la sécurité.

Toutes ces découvertes ont permis aux séminaristes d’apprécier l’investissement des Chinois dans les domaines culturel, artistique, artisanal, touristique, esthétique, technologique, éducatif, sportif, environnemental, historique, social et mémoriel.

Cyrus-Emmanuel Sandy, depuis Pékin.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE