Centrafrique : La Société de Manioc Centrafricain, une initiative qui contribue au développement du pays

0

Bangui, le 05 octobre 19

M. HEREN Issaka Joan Pdg, SMCAF

La Société de Manioc Centrafricain (SMCAF), est une nouvelle structure qui a été créée en février 2019 par un jeune centrafricain en la personne de M. HEREN Issaka Joan qui est agronome de son état. Avec un site pilote de production qui se situe au village Sékia à 25 kilomètres de Bangui sur l’axe M’baïki, la SMCAF lance la culture de manioc, ce premier aliment de base des centrafricains. Votre site lepotentielcentrafricain s’est intéressé à cette initiative et a réalisé un grand reportage dans les champs et c’est formidable de voir ce grand exploit d’un compatriote centrafricain qui, veut pour sa part, montrer un autre visage du développement de son pays qui doit nécessairement passer par la production agricole du fait de la fertilité du sol et la pluviométrie qui est appréciable. La SMCAF sur le plan administratif, est gérée par Mme Prisca Sallé qui est la directrice général adjointe et assistante du PDG HEREN Issaka Joan. Le responsable administratif est M. Kolongba Jobson et M. Mandago Ghislain se charge du Département de production et de la transformation, sans oublier d’autres personnels qui sont présent sur le site.

une vue des champs du manioc

Le constat sur le terrain…

Avec une surface de 30 hectares à Sékia, c’est seulement 10 hectares qui sont cultivés en ce moment avec une vaste étendue des maniocs plantés, les travaux vont bon train sur le terrain avec les travailleurs du Groupement SMCAF qui sont même les habitants du village Sékia et ses environs.

Mme Prisca Sallé, la directrice général adjointe

Dans une grande interview accordée à notre Rédaction en reportage sur le site, Mme Prisca Sallé a eu à faire un décor général de la SMCAF, en ce qui concerne sa création, son domaine d’activité qui est la culture du manioc, sa contribution du genre social au profit des communautés locales et les perspectives d’avenir qui concernent également la mécanisation totale de la culture du manioc en vue d’augmentation de sa capacité de production à environ 5000 tonnes une fois les conditions seront réunies.

le staff administratif de la SMCAF

La SMCAF  bien voulu signé un partenariat avec le Groupement et ce sont les cultivateurs dudit groupement suit sont utilisés pour les travaux. A en croire M. Ghislain Mandago, les cultivateurs travaillent deux fois dans la semaine, entre autres, le débroussaillage du champ, les houages, la plantation de boutures et le sarclage. Et c’est cette phase de sarclage (image ci-publiée) que les cultivateurs font en ce moment sur le site.

La technique dans la production…

Pour édifier davantage nos lecteurs sur la culture du manioc, le chef de production et de la transformation, a clarifié en tant que technicien que la production se fait de 8 à 10 mois. Et donc, les variétés qu’utilise SMCAF sur ces champs, c’est la variété de boukoko, bombékéti, 16,05 et la variété Togo. C’est pour dire que c’est un cycle complet de production qui se fait sur le site de SMCAF cela veut dire que la production se veut grande pour le besoin des consommateurs de manioc.

Le début de la production de SMCAF cette année s’annonce avec succès lequel, la récolte sera fructueuse et les produits seront vendus à ceux qui ont en besoin.

La Directrice générale de SMCAF Mlle Prisca Sallé, qui a rassuré le public de la ferme détermination de l’équipe qu’elle dirige à atteindre les objectifs recherchés, elle a lancé un vibrant appel aux autorités du pays dans l’accompagnement de leur projet qui est bénéfique pour le pays et pour tout le peuple centrafricain.

Le compatriote Issaka Joan qui est un centrafricain, se soucie véritablement du développement de son pays en lançant la SMCAF. Les difficultés concernant l’appropriation des terres qui facilite l’extension de la production et son industrialisation. Sur ce, les autorités du pays doivent saisir cette occasion en accompagnant SMCAF dans l’octroi des espaces cultivables, la facilitation sur les taxes concernant l’acheminement des engins de production. Cela sera utile pour l’augmentation de la production en faveur des consommateurs.

Pourquoi faut-il soutenir la SMCAF ?

En cette période post-conflit, tous les efforts se conjuguent pour le relèvement de la RCA.  Si certains compatriotes se préoccupent de leur pays, en créant une Société comme SMCAF, il y’a lieu également pour les partenaires au développement de soutenir l’initiative à tous les niveaux, notamment les dotations en engins agricoles pour l’intensification de la production sur toute l’étendue du territoire national.

président du groupement de LA smcaf

L’un des cultivateurs du Groupement de la SMCAF, en la personne de M. Lembongo Nestor qui en est le président, s’est confié à notre Rédaction en ces termes : « C’est un compatriote qui s’appelle Monsieur HEREN Issaka Joan qui a initié cette initiative qui consacre ses activités sur la production de manioc. Nous sommes au nombre de 67 qui travaille dans ce Groupement. Nous travaillons deux fois dans la semaine pour la bonne production de nos activités. », A-t-il déclaré tout en indiquant qu’ils tirent profit dans ce partenariat avec la SMCAF.

le groupement SMCAF en plein sarclage

Ce dernier de souligner également que c’est grâce aux soutiens financiers de la SMCAF que la rentrée scolaire de leurs enfants est effective, en termes du paiement des fournitures et autres besoins. Le constat est positif au village Sékia avec le début de culture de la SMCAF qui, à moins d’un an d’activité sur le site, elle a réhabilité le poste de santé de Sékia, sa dotation en produits pharmaceutiques et les problèmes de santé dans cette localité sont amoindris du fait que, la distance pour venir à Bangui n’est qu’un souvenir.

photo de famille des cultivateurs

Le moins qu’on puisse dire, c’est une initiative très louable de la part du promoteur de la SMCAF qui, non seulement contribue efficacement au développement de son pays dans le domaine agricole, mais tient compte de l’absorption du problème de chômage qui mine la jeunesse centrafricaine. Le sens du patriotisme a conduit le compatriote Issaka Joan a lancé cette Société et il est temps de l’accompagner.

Reportage réalisé par Herman THEMONA,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE