Centrafrique : Au Laboratoire National, la qualité et l’efficacité sont capitales selon le Dr. Clotaire Donatien RAFAÏ

0

Bangui, le 24 sept. 19

Le Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique (LNBCSP, est une structure de référence qui fait la fierté du pays en ce qui concerne la prestation dans le domaine de la santé publique. Pour son Directeur, le Docteur Clotaire Donatien RAFAÏ, c’est « l’être humain et son environnement qui est au cœur du Laboratoire National ».

Selon le point de vue du Dr. RAFAÏ, le LNBCSP  est Créé en 1983 et c’est un établissement public multidisciplinaire de diagnostic biologique, de recherche biomédicale, d’anatomie pathologique et de formation. Cette «structure phare» du Ministère de la Santé et de la Population abrite le Réseau National des Laboratoires ainsi que le Laboratoire National de Référence pour le VIH/SIDA.

Depuis janvier 2019, à en croire le Directeur de LNBCSP,  l’amélioration de la qualité de ses prestations de service lui a fait regagner la confiance de la Population Centrafricaine qui voit dans l’élargissement du plateau technique de diagnostic du LNBCSP, une solution alternative à l’épineux problème d’évacuation sanitaire jadis effectuée pour de simples questions de diagnostics de laboratoire.

Afin de mieux répondre aux attentes de la population,  les activités de LNBSCP que dirige le Docteur RAFAÏ se structurent autour de cinq grandes missions essentielles à savoir : Les analyses biomédicales au profit de toutes les formations sanitaires de la République Centrafricaine ainsi que de tout organisme public ou privé qui en fait la demande ; La contribution à la formation pratique du personnel de Santé en collaboration avec la Faculté des Sciences de la Santé ; La participation à la recherche biomédicale en collaboration étroite avec d’autres organismes nationaux ou internationaux ; La coordination de toutes les activités de laboratoire au sein du Réseau National des Laboratoires ; et la mobilisation des ressources nécessaires aux activités de santé publique en rapport avec la surveillance de la maladie et de la lutte contre les épidémies par ledit réseau.

A titre d’information pour nos lecteurs, l’Arrêté N°128/MSPP/CAB/SG/DGSA/DSAF/SR du 03 août 2001, le LNBCSP comprend : Une Direction ; et Douze (12) unités techniques spécialisées, en commençant par un Unité d’Immunologie sérologie ; Une Unité de Bactériologie ; Une Unité de Parasitologie et Mycologie ; Une Unité d’Hématologie ; Une Unité de Biochimie ; Une Unité de Bacilloscopie ; Unité des urgences ; Une Unité d’Anatomo-pathologie et de Cytopathologie ; Une Unité de Formation et de la Recherche opérationnelle (UFRO) ; Une Unité d’Information et de la Documentation Statistique (UIDS) ; Une Unité de la Chimiorésistance du paludisme ; Et une Unité de la Biologie Moléculaire du VIH/SIDA.

Au niveau du Laboratoire National, son Directeur a souligné également qu’il y’a une action stratégique, notamment le spectre des recherches qui est trop large, à la mesure des effectifs de son unité. Il permet à cet effet, au Laboratoire d’être un acteur incontournable des recherches, théoriques et appliquées, en Science de Santé, qui trouvent leur application dans la vie courante.

Le Directeur du LNBCSP a exhorté ses collègues en la matière et les partenaires qui interviennent dans le domaine de la santé, à changer leurs pratiques en matière de dynamique des données, d’accès à la connaissance et d’aide à la prise de décision, au cœur du monde sanitaire. Car, la priorité c’est la «Qualité et Efficacité en matière de la santé à moindre coût».

@Hervé BINAH,

LAISSER UN COMMENTAIRE