Centrafrique : Le peuple centrafricain dit niet à tout complot contre le régime démocratique du président Touadéra

0

« 99 jours pour le voleurs, un jour pour le propriétaire », dit un dicton. C’est pour dire ce que font ces ennemis du peuple centrafricain, disant les opposants au régime du président Faustin-Archange Touadéra, vient d’être étalé au grand public. Autrement dit, le plan machiavélique des opposants politiques, avec la complicité de certains leaders de la société civile, est connu de tout le monde. Ils  ne sont plus en odeur de sainteté et le peuple ne se laissera jamais faire.

Comment comprendre qu’au moment où les autorités du pays mouillent correctement le maillot pour la stabilité du pays à travers les projets de développement, certaines têtes de pensent qu’il est temps de mettre le bâton dans les roues du président Touadéra et son gouvernement pour que son régime afficheraient un bilan mitigé d’ici la fin de son premier mandat.

Ces derniers temps, vous allez vous rendre compte que les opposants politiques et leaders de la société civile qui sont contre le régime du président Touadéra « allument tous les feux possibles » pour que le pays soit ensanglanté. Ils signent des contrats dans la sous-région et en Occident avec certains hommes politiques tout en pactisant avec les mercenaires étrangers afin que le mandat présidentiel du président Touadéra soit imbibé par des crises longilignes.

Après avoir tenté en vain de lancer des troubles dans la ville de Bangui, les opposants politiques se sont alignés ces derniers temps derrière les revendications des leaders de la société civile en vue de les soutenir dans leurs actions déstabilisatrices du pays. N’ayant pas obtenu leurs causes sataniques, les opposants politiques tendent désormais leurs mains à certains leaders rebelles qui s’agitent contre les populations civiles à Birao, Kaga-Bandoro, Bambari, Alindao, Mingala, Bria, Ndélé…

Les raisons de ces hostilités contre ces populations civiles, sont simples. Les opposants politiques sont déterminés à en finir avec le régime du président Touadéra par tous les moyens possibles. Ceci pour eux, de faire croire à l’opinion nationale et internationale que les échéances électorales ne s’inscrivent pas dans un climat propice et il est temps pour ne plus les financer. Donc pour eux, une transition sans le président Touadéra sera la seule issue d’organiser ces élections.

Pour le peuple centrafricain, le régime démocratique du président Touadéra n’est pas encore à sa fin et il faut laisser le temps au temps, disant laisser imperturbablement le numéro un centrafricain qui a encore la manette de son peuple en vue de rendre son avenir étincelant. Le centrafricain lambda n’est pas comme celui d’hier, il s’oppose à tout projet contre le régime de Bangui qui est démocratiquement élu et dirige le pays conformément à la Constitution. Le pays est sur la voie de décollage et le peuple veut aspirer à la paix définitive.

@Bienvenu ANDALLA,

 

LAISSER UN COMMENTAIRE