Centrafrique : Le mouvement « E ZINGO BIANI », Front Uni pour la Défense de la Nation fait de la divergence

0

Bangui, le 11 septembre 19

Selon le communiqué de ce Front Uni pour la Défense de la Nation concernant l’évolution du contexte socio-politique et sécuritaire rendu public le mardi 10 septembre, cette plateforme affirme que les réalités du terrain lui donnent raison. C’est dire que les membres de ce mouvement qui sont tous des prétendus politiciens, ne sont pas des acteurs de paix.

Comment comprendre des acteurs politiques qui, la plupart ont servi ce pays à de très haut niveau, ne puissent-ils pas admettre que sur le terrain, il y a des avancées significatives en ce qui concerne la paix. Si le premier ministre parle de faits marginaux par rapport à certains dérapages qui se sont produits dans les zones sous le contrôle des groupes armés, ce n’est pas du cynisme vis-à-vis des progrès enregistrés. Il ne suffit pas de rester à Bangui dans les bureaux douillets ou dans les voitures climatisées pour mesurer les avancées de l’Accord de Khartoum. Il faut se rapprocher véritablement de la population pour porter un jugement objectif sur les progrès de l’Accord de Khartoum. Comme l’a si bien dit le 2ème Secrétaire national exécutif du MCU, Bertrand Arthur Piri lors de sa conférence de presse, toute œuvre humaine est imparfaite selon le président Faustin Archange Touadéra.

Et de préciser que la solution à la crise centrafricaine doit se trouver à l’interne. Donc, les démissions d’Abdoulaye Miskine, d’AlKatim et de Sidiki aux quelles la plateforme E ZINGO BIANI fait allusion et qui planteraient le décor de l’explosion de l’Accord de Khartoum, est un fait débat. Des efforts sont en train d’être faits pour que ces derniers reprennent leur place dans le système. Ils ont écrit pour annoncer leur démission et ils peuvent aussi, après ententes, revenir à de bons termes. Malgré, qu’ils ont écrit pour démissionner de leur poste respectif, ils ne sont jamais sortis de l’Accord de Khartoum. Que les membres du Front Uni pour la Défense de la Nation lisent bien les communiqués en question.

Il faut reconnaître qu’il n’y a pas de violation de la Constitution parce que cette question a été largement abordée. Mais, dire que la MINUSCA par le truchement de Mankeur Ndiaye a promis des sanctions et ne fait rien en ce sens, c’est de la mauvaise foi de la part des membres de la plateforme E ZINGO BIANI. L’attribution du marché des documents sécurisés à la Société Al-Madina appartenant à un financier libanais, financier d’Al-Qaïda et qui serait recherché par Interpol, cela fait rire. Dans cette plateforme, il y a des intellectuels et nous sommes au regret de constater que ces derniers ne connaissent pas le fonctionnement de l’Interpol. Si la plateforme E ZINGO BIANI sait que le patron d’Al-Madina, prétendument recherché par Interpol est à Bangui, c’est dire que cette puissante institution policière le sait aussi. Alors, pourquoi elle n’a pas procédé à son arrestation à travers la police centrafricaine avec qui, elle a signé des conventions ?

Des douze exigences non-négligeables en passant par l’organisation d’une marche, les membres de la plateforme E ZINGO BIANI, Front Uni pour la Défense de la Nation sont-ils sérieux ? Réalisent-ils qu’ils sont en face d’un gouvernement ou des autorités dûment élus ? Où veut en venir cette plateforme composée des prédateurs de la République ?

@Herman THEMONA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE