Centrafrique : La France rappelle-t-elle toutes ses tentatives d’apporter son soutien à la RCA dans quel but ?

0

Bangui, le 11 September 2019

La position officielle de Paris a décidé de profiter de la visite de Faustin-Archange Touadéra. Ainsi, les autorités françaises se sont servies des médias pour une bonne promotion de la Françafrique. Les éditions Le Figaro et L’Opinion sont les premières à informer de la rencontre entre Touadéra et Macron. Elles citent entre temps l’opération Sangaris comme un rappel de l’apport de l’Hexagone dans le rétablissement de la sécurité en RCA, même si la mission qui avait duré trois ans, s’est retirée suite à l’absence de résultats. D’autant plus que les soldats français sont accusés de viols des enfants et femmes centrafricains.

Le désir de Paris de souligner son importance et des relations de longues années, qui existent entre la RCA et la France, serait lié aux élections (surtout présidentielle) à venir. Elle ne veut pas perdre l’influence dans une de ses colonies, peu importe le candidat qui gagne.

Lors de la rencontre, Macron a évoqué pour la première fois l’accord de Khartoum. Cela signifie que les décisions que prend le gouvernement centrafricain et la plan du redressement économique élaboré par Touadéra ainsi que le dernier accord de paix sont reconnus non seulement pas Paris, mais aussi par la communauté internationale. Macron ne veut pas de surprises lors des élections de 2020-21. Il modère donc les règles du dialogue et appelle Bangui de contrôler la réalisation de l’accord de paix. Avec cette approche, les Français auraient dû assister à l’organisation des pourparlers comme les diplomates russes l’ont fait en début de l’année.

Le Figaro souligne que les violences ont toujours lieu après la signature de l’accord il y a sept mois. Paris demande des résultats en une courte période de sept mois, alors que trois ans de présence de la mission Sangaris n’avait apporté aucun effet.

D’autre part, l’édition rajoute que Paris a réussi à livrer 1.400 unités d’armes pour les FACA. L’apport similaire de la Russie est évoqué comme une petite livraison au début de 2018. Le Figaro devrait alors ignorer l’actualité de la RCA. En mi-août 2019, la Russie a entamé une deuxième livraison d’armes à titre gracieux sous l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit de plusieurs cargaisons d’armes, ce qui est beaucoup plus important que 1.400 fusils envoyés pas la France. Aujourd’hui, elle met l’accent sur ce qui a de la valeur pour elle. A vrai dire, l’opportunité de continuer sa coopération avec la RCA est aussi avantageuse pour Paris.

@Hervé BINAH, 

  

LAISSER UN COMMENTAIRE