Centrafrique : Les députés mafieux et assassins qui font la honte de la 6e législature

0

Bangui, le 21 juillet 19

La République Centrafricaine vient de connaitre une 6e législature avec des députés qui sont des vrais ramassés, des criminels, des corrompus voire des cambrioleurs qui sont prêts à vendre leurs âmes pour des intérêts égoïstes. Et pour cause ?

Les évènements qui se produisent ces derniers temps au niveau de l’Assemblée Nationale sont absurdes et c’est une honte pour ceux qui se disent élus de la Nation. L’ancien président de l’Assemblée Nationale Abdou Karim Meckassoua en est le parrain de ces députés assassins qui sont toujours faciles à corrompre, à manipuler…

Le pays est danger à cause de ces députés qui sacrifient les intérêts nationaux aux fossoyeurs venus d’ailleurs. C’est ainsi qu’au niveau de la maison du peuple, tous les textes de loi et autres documents adoptés font l’objet de monnayage. Autrement dit, avant qu’un texte soit voté par les députés, il leur faut nécessairement distribuer de l’argent en vue d’éviter tout rejet et autres contestations. C’est devenu un business pour ces députés mafieux qui s’enrichissent qu’à travers cette méthode.

La défense de l’intérêt de la Nation ne concerne plus ces députés qui n’ont que le seul calcul, se laisser corrompre pour ses besoins égocentriques. C’est le dossier concernant l’affaire d’exploitation minière par les chinois dans l’Ouham-pende, précisément à Bozoum, qui vient de confirmer une fois de plus que les députés vendent le pays à vil prix. Cette affaire a fait le tour du monde à tel point que les dispositions ont été prises pour que la vérité jaillisse.

La mission parlementaire effectuée dans la ville de Bozoum et sur le site minier, a fini par donner raison à ceux qui admettaient clairement qu’il y’a corruption de certains députés, notamment les membres de la commission ressources naturelles et autres noms cités dans le gouvernement et au Haut sommet de l’Etat.

Les preuves sont palpables avec des échos sonores et images fournies par les responsables de ces sociétés minières chinoises qui, mettent à nu le député Jean-Michel Mandaba, président de la Commission ressources naturelles qui doit démissionner et refuse catégoriquement de citer le nom de ces complices. L’un de ses complices sont : les députés Tézawa de Bossembelé et Mathurin Dimbelet Nakoé. C’est une bassesse et l’immunité de ces derniers devrait être levée pour qu’ils soient traduits à la justice. En tout cas, il a l’intérêt a cité ses complices. Dans le cas contraire, les images fournies par les chinois nous donneront l’occasion de les connaitre.

Voilà qu’avec ce dossier qui fait le boom, d’autres députés mafieux continuent leurs sales affaires qui ternissent du Parlement centrafricain. A en croire d’autres langues, l’Assemblée Nationale devait être dissoute en attendant l’organisation des prochaines élections. Nous avons des députés sans scrupules qui n’ont pratiquement pas leur place dans l’Hémicycle.

D’autre fait gravissime qui laisse comprendre aisément que nous avons des députés assassins. Il s’appelle Elvis Bindala, le député de la sous-préfecture de Ouango qui vient de commettre sur propre enfant. En effet, ce gangster de Bindala Elvis a torturé un adolescent d’une dizaine d’année pour une histoire du vol de son téléphone portable. Dans la même journée cet acte que nous pouvons qualifier d’homicide volontaire sur un mineur. Le député criminel-député Bindala a fini par prendre la poudre d’escampette dans la même journée et se retrouverait en ce moment vers l’autre côté de la rive en RD Congo. Où va-t-il terminer sa course ?

Nous voulons juste à travers cet article de presse, présenter l’image de ceux qui se disent représentants du peuple alors qu’en réalité, ce sont des criminels de tout genre. Sous d’autres cieux, les députés ne se comportent ainsi et l’Assemblée Nationale ne peut être composé des truands patentés qui font des « CRIMES » en ternissant l’image du pays. C’est indigne et regrettable de la part ces députés indélicats et malfaiteurs.

@Bienvenu Andalla

LAISSER UN COMMENTAIRE