Centrafrique : la politique de la main tendue du Président Touadéra est-elle en train de payer ?

0

Bangui, le 18 juillet 19

Du désarmement des rebelles des 3R de Sidiki et de la RJ de Sayo en passant par les commanditaires de la dernière attaque du KM 5 par les éléments de LT, celui qui a remplacé Force après sa mort. Quelques éléments qui militent en faveur du Président de la République, Faustin Archange Touadéra. Cela, il faut être honnête pour le reconnaître.

La politique de la main tendue du Président Touadéra commence à donner des résultats probants. Pour preuve, le désarment des membres de certains groupes armés et, la remise des présumés auteurs de l’attentat du KM 5 aux autorités compétentes la semaine dernière. Après les dernières exactions des 3R de Sidiki, tout le monde s’est levé pour dénoncer cet acte criminel. Certains sont allés jusqu’à demander le départ des ministres et autres personnalités issues des groupes armés. C’est-à-dire, la remise en cause de l’Accord de Khartoum.

Après cet acte condamné par tous, Sidiki a été obligé de revoir sa note car, il a compris qu’il faut aller à la paix et faire table rase de toute velléité. C’est ainsi qu’une mission interministérielle est allée à sa rencontre. Il a donné sa parole d’honneur et la suite est connue. Aujourd’hui, le groupe armé des 3R fait partie des groupes armés modèles qui ont accepté de prendre la voie de la paix. Aujourd’hui, Sidiki est cité en exemple pour sa bonne volonté. Cette volonté qui est en train, inéluctablement de mener la République centrafricaine sur le sentier de la paix. Tous les prophètes de malheur qui ont prédit l’échec de cette politique, essaient de mettre de l’eau dans leur vin.

Oui, la paix n’a pas de prix et Touadéra a su déjouer le jeu macabre et sinistre des ennemis de la nation. En optant pour la recherche de la paix par le dialogue, Touadéra a su faire échouer les intentions les plus maléfiques des uns et des autres. Une victoire donc ! Il va de soi que ces quelques avancées minimes soient-elles, constituent dans un pays en conflit comme le nôtre, sont significatives. C’est dire que si la communauté internationale appuie cette politique de la main tendue du Président, la République centrafricaine serait bientôt pacifiée.

@Hervé BINAH, 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE