Centrafrique : MSF Centrafrique vole au secours des Infirmiers Diplômés d’Etat

0
Photo de famille

Dix-huit infirmiers centrafricains s’envolent ce mercredi 10 juillet 2019 à Abidjan en côte d’Ivoire, pour prendre part à une formation de spécialisation infirmière en anesthésie-réanimation. Cette formation de deux ans est financée par MSF Académie. Cette initiative vise à combler le manque des experts anesthésique en République Centrafricaine. Ainsi la rédaction de votre site lepotentielcentrafricain.com vous propose l’intégralité du discours de circonstance de la cheffe de mission MSF (Anne Marie BOYELDIEU)

Un jour comme aujourd’hui a une valeur symbolique et il est important de prendre le temps de le signifier. Je vous remercie tous d’être présents afin de célébrer le départ de nos collègues centrafricains en Côte d’Ivoire, lesquels nous reviendront fin 2020 avec une spécialisation en anesthésie-réanimation.

Médecins Sans Frontières travaille dans des pays comme la Centrafrique, le Sud Soudan, le Tchad et d’autres depuis des décennies ; ces pays ont non seulement été marqués par des guerres civiles et des conflits internes de longue durée, mais ils sont aussi fortement frappés par des maladies et épidémies sévères, et, c’est en tout cas le cas en Centrafrique, par une mortalité maternelle alarmante. Dans ces pays aussi, on s’aperçoit qu’il y a bien souvent une pénurie de personnel de santé qualifié. Or, toute amélioration des conditions sanitaires d’un pays passe bien évidemment par un nombre adéquat de professionnels de santé avec une formation adéquate, de qualité.

MSF en Centrafrique, au travers de ses programmes d’intervention, organise régulièrement des formations ponctuelles sur des thèmes bien précis pour différents membres de son personnel.

Mais MSF contribue également à la formation professionnelle de certains membres de son personnel en leur permettant d’aller suivre des formations – tant à l’IUFP à Bangui, pour devenir de futurs infirmiers ou assistants de santé, – qu’au Burkina-Faso pour devenir de futurs infirmiers anesthésistes, – ou qu’au Bénin pour devenir de futurs kinésithérapeutes. C’est dans la continuité de cet engagement à l’amélioration des compétences des personnels de la santé centrafricains, qu’aujourd’hui, MSF soutient 18 infirmiers diplômés d’état centrafricains, pour suivre une formation à L’INSTITUT NATIONAL DE FORMATION DES AGENTS DE SANTE (INFAS)- à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Au terme des 18 mois de formation, ils reviendront tous au pays en tant que techniciens spécialisés en anesthésie-réanimation. En effet, il y a peu d’infirmiers-anesthésistes en RCA actuellement, et ceux qui pratiquent encore atteindront très rapidement l’âge de la retraite. Les Ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur ont déjà réagi à ce besoin, avec la relance à la FACSS début 2018 de la filière d’anesthésie-réanimation, dont les étudiants viennent de finir leur première année. Mais cela ne sera pas suffisant : en effet, les besoins sont bien plus larges, et sont pressants, si bien que l’attente pour une prochaine promotion risque de devenir problématique.

C’est pourquoi MSF, au travers de la MSF Academy for Healthcare, a décidé, en collaboration avec les Ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur, d’organiser et de soutenir la formation de ces 18 infirmiers diplômés d’état centrafricains en Côte d’Ivoire pour une formation équivalente à celle octroyée à la FACSS, ce qui permettra d’augmenter les effectifs dans cette spécialité plus rapidement, et évitera également une trop grande compétition sur ces ressources en pénurie.

Les participants à la formation travaillent actuellement dans les structures hospitalières du pays et sont soit employés MSF soit employés de la fonction publique. Tous et toutes se sont engagés, au retour de leur formation, à travailler au minimum 5 ans en tant qu’infirmier anesthésiste dans la structure hospitalière qui leur est destiné. Chers participants à cette formation : vous avez été sélectionnés pour participer à ce programme, et vous voilà maintenant en route pour Abidjan. C’est une belle opportunité. C’est aussi une lourde responsabilité : en effet, on attend de vous que vous soyez assidus, que vous vous plongiez dans ces études et dans les stages qui en feront partie intégrante pour en ressortir avec de beaux résultats, et surtout, que vous reveniez en Centrafrique en tant que professionnels de qualité en anesthésie-réanimation. L’attente est donc grande, mais réaliste.

Ce programme se déroulera aussi dans une mégapole que vous ne connaissez pas encore, ce qui constitue un autre défi. Mais vous êtes ensemble, un groupe de 18 centrafricains, auquel se joindront également deux collègues tchadiens : c’est important que vous vous souteniez les uns les autres dans cette aventure.

Je vous souhaite à tous un bon voyage et une belle réussite.

Merci à tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE