Centrafrique : La méthode du président Touadéra ramène les opposants politiques sur le droit chemin

0

Bangui, le 06 juillet 19

Les divergences constatées ces derniers temps autour de l’Accord de paix s’embourberaient à cause de certains ingrats politiques qui veulent toujours réclamer leurs intérêts personnels. Il existe un dialogue rassurant entre le gouvernement et les opposants démocratiques, qui campaient sur leurs positions inavouées et détestées par le peuple centrafricain. 

Comment agir ? Le pouvoir en place qui n’a que la seule détermination de faire pacifier le pays par toutes les voies possibles, garde toujours ses bras ouverts aux insatisfaits. Maintenant, il est question que la communauté internationale (Minusca, CEEAC, UA, UE…) devrait pousser les opposants politiques à des concessions en menaçant de sanctions ceux qui feraient obstacle au dialogue, à la paix et à la sécurité. En clair, le gouvernement à améliorer le cadre légal de la gouvernance démocratique afin que la reconstruction nationale fasse son bonhomme de chemin.

Le gouvernement, quant à lui, ne se berce pas d’illusions quant à la mise en œuvre des dispositions de l’Accord de paix signé avec les 14 groupes armés. Pour les opposants politiques qui bénéficient pourtant pas de la sympathie de la majorité de population, peinent à s’organiser pour leurs intérêts personnels qui sont connus de tous.

Pour sortir de cette impasse, ces leaders politiques de l’opposition regroupés dans E ZINGO BIANI reviennent à la raison et proposent de soutenir le gouvernement pour l’accomplissement du mandat qui lui est donné par le peuple centrafricain.

La crise sociopolitique née en 2013 s’est muée en fin 2015 au retour à l’ordre constitutionnel retrouvé. Il existe actuellement un dialogue entre pouvoir et les schismatiques politiques. Ces derniers exigent un débat avec l’Etat sur les modalités infondées. Le pouvoir est toujours prêt à tout dialogue et c’est qui est fait.

Le dialogue est en place et permanent. En particulier, le gouvernement qui se préoccupe de la quiétude de la population ne baisse pas les bras et les leaders politiques de l’opposition qui reviennent désormais à la raison doivent faire preuve de responsabilité dans leurs agissements.

@Hervé BINAH, 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE