Centrafrique : Le gouvernement fait du dialogue sa priorité et reste ouvert à l’opposition qui s’agite à travers des manifestations inutiles

0

Bangui, le 27 juin 19

Les opposants de E-Zingo Biani viennent de former une nouvelle plateforme politique, mais ils ont déjà fait quelques déclarations politiques et autres manifestations qui n’ont pas de sens. Cependant, ils ne discutent que de vieux problèmes, tels que les pénuries d’eau, de carburant, de produits alimentaires…tandis qu’ils ne proposent aucune solution de leur part et ne fait créer de troubles dans le pays.

Rappelons-nous de la première manifestation de E Zingo biani lequel,   deux journalistes français ont été arrêtés lors d’une démonstration non autorisée par les autorités. Pour la manifestation du 22 juin, cela a été interdite car les organisateurs (opposants-E zingo biani) ont demandé la permission de l’organiser tardivement. La manifestation n’a pas pu se tenir grâce au déploiement des forces de l’ordre sur les lieux. Pas étonnant ! Car le 30 juin, le gouvernement devait soumettre un rapport sur la sécurité au Conseil de sécurité des Nations-Unies. Si ce rapport était apprécié, l’embargo sur les armes sera levé, et le pays pourra à nouveau acheter des armes pour ses soldats, ses officiers de police et ses gendarmes pour que le pays soit stable.

La plateforme E-Zingo Biani s’emploie dans cette aventure pour faire savoir aux yeux du monde entier que la liberté d’expression n’existe pas dans le pays.

Cependant, il est temps que les membres de E-Zingo Biani comprennent qu’ils dramatisent excessivement la situation du pays pour leur propre plaisir. Le gouvernement, pour sa part, est prêt à engager le dialogue et c’est ce qu’il fait depuis toujours. Tout ce que les autorités veulent, c’est que tous les membres d’organisations politiques respectent la Loi et s’unissent autour des valeurs fondamentales pour que la paix revienne dans le pays. Jean-Serge Bokassa, estime que les Centrafricains soutiendront bientôt les valeurs de leur plateforme alors que c’est faux ! Maintenant, il est temps que chacun pense à la consolidation de la paix, de mettre en œuvre l’Accord de Khartoum et que le processus du DDRR avance.

Le gouvernement est prêt à discuter de la situation avec l’opposition qui, par contre, prouve son esprit rebelle. Les autorités ont déjà réussi à conclure un traité de paix avec les groupes militaro-politiques. La question est de savoir ce que les opposants veulent et s’ils sont prêts à se mettre sur la table de discussion avec le gouvernement.

@Bienvenu Andalla

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE