Centrafrique : Extravagantes révélations sur Abdou Karim Meckassoua, auteur de réseaux des crimes odieux

0

Bangui, le 14 juin 19

Abdou Karim Meckassoua qui se la coule belle dans un appartement 17e arrondissement de la ville de Paris en France, vient d’accorder une interview arrangée avec un média français. Suite à ces propos apocryphes, notre Rédaction a jugé mieux de rétablir la vérité pour étoiler les lanternes de nos lecteurs. Comme a dit un adage populaire, si vous prenez votre temps pour laver la tête d’un signe, vous gaspiller votre savon.    

En vérité, en vérité, il n’est pas un secret de polichinelle que l’Accord de paix et de la réconciliation découle de l’initiative des partenaires de la RCA à savoir l’Union Africaine, la CEEAC, l’ONU et l’Union Européenne. C’est ainsi que le président Touadéra qui, par sa volonté politique, s’engage pour la paix, a fait le choix et pour l’intérêt de son peuple, de signer cet Accord avec les 14 groupes armés tout en respectant la constitution Centrafricaine.

Voilà que les fruits de cet Accord portent, Meckassoua qui est contre le retour de la paix, se gratte les cheveux pour tout remettre en cause. Nous savons tous qu’après sa destitution honteuse par ses collègues députés qui l’ont vomi, ce dernier serait confronté à un problème mental. Si nous nous plongeons dans son idée, Meckassoua ne veut jamais absolument entendre parler de la stabilité de Centrafrique. Or, les avantages dudit Accord sont réels. Bien qu’il soit perfectible, c’est le meilleur Accord possible, mais nous devrons rester vigilants afin qu’il soit respecté par les parties prenantes, notamment certains groupes armés qui font preuve de sa violation.

Tenez-vous bien chers lecteurs ! Meckassoua vient de se prendre lui-même les mains dans le sac concernant l’affaire d’un prélat polonais qui a été pris en otage par les éléments d’Abdoulaye Miskine, et que, c’est lui Meckassoua qui est intervenu pour le libérer. En tout cas, il faut avoir le courage de dire la vérité, le vomi de tous les centrafricains. Il vous souviendra que dans cette affaire, Meckassoua avait plutôt manipulé (pour obtenir la libération de ce prêtre polonais) le Président Sassou Nguesso et le vice Premier Ministre Camerounais Ahmadou Ali qui de bonne foi, ont joué le jeu sans savoir que c’était un arrangement de lui Meckassoua et Abdoulaye Miskine.

Pour Meckassoua, il était question de faire du prélat Polonais une monnaie d’échange avec son valet le criminel Abdoulaye Miskine (emprisonné au Cameroun entre temps, ndlr) et le placé au Congo-Brazzaville à l’abri de des poursuites judiciaires nationale et internationale. En fin de compte, c’est que ce que Meckassoua a obtenu d’ailleurs, raison laquelle, Abdoulaye Miskine est hébergé jusqu’aujourd’hui à Brazzaville chez le président Sassou. Posons-nous donc la question de savoir pourquoi le Congo ? C’est juste parce que c’est l’unique terre où Meckassoua peut encore le protéger.

D’une part, Meckassoua faisait tous ces jeux pour gagner la confiance de la Communauté Chrétienne (quelques députés) dans l’espoir d’être élu par ces derniers. Alors, si Meckassoua n’avait pas reçu les moyens financiers et matériels du président Sassou, serait-il vraiment en mesure de faire libérer le prêtre polonais et être élu au perchoir de l’Assemblée Nationale? Ponce Pilate!

Au lieu de penser à nuire à ceux qui se battent pour réconcilier, pacifier et unifier le pays, Meckassoua ferait mieux de penser à son avenir judiciaire dont le dossier est encore sur la table. Si Meckassoua pense qu’il est plus malin que tout le monde et en mesure d’entortiller, il se trompe! Les Centrafricains valeureux qui par le passé, était avec lui, aujourd’hui ils sont tous derrière le régime en place, ils sont pour la réussite de la RCA et ce sont engagés aux côtés des autorités actuelles. Par conséquent, ils sont disposés à collaborer avec la justice Centrafricaine voire la Cour Pénale Internationale (CPI) pour dénoncer les implications directes de Meckassoua dans les tueries de 1996, 2003 et 2013, en finançant les milices, les rebelles qui renversent les régimes en Centrafrique.

De même que ceux, qui hier, Meckassoua a manipulé dans la seleka pour déstabiliser la RCA et aujourd’hui ne sont plus avec lui parce qu’ils sont payés en monnaie de singe, eux aussi ont des choses à dire à la justice Centrafricaine dans les jours qui suivent. Meckassoua aura à rendre compte devant la barre sur la création de l’UPC d’Ali Darassa et le MPC d’Alkatim Mahamat ainsi que les activités de FDPC d’Abdoulaye Miskine. Le détournement des fonds de l’Assemblée Nationale et les marchés octroyés en faveur de son frère cadet par favoritisme sont l’un des preuves de bavures de Meckassoua. De toute façon, il y’a une différence entre un homme d’Etat et un politicien. Un homme d’Etat est un homme qui a une vision à long terme pour son pays à travers : De comment améliorer les conditions de vie et favoriser la croissance et le développement tandis que le second, n’a qu’une obsession à savoir comment accéder au pouvoir par tous les moyens.

Les révélations sont extravagantes chers lecteurs. Meckassoua est l’un des promoteurs de la crise Centrafricaine de 1996, il avait manipulé les centrafricains de l’ethnie yakoma par le canal de dokodo contre le pouvoir de Patassé. Idem en 2003, lequel, il avait été tabassé par les GP du feu président Patassé. Pour se venger, Meckassoua a alors introduit François Bozizé à Deby qui, grâce aux moyens financiers de Meckassoua les Zakawa, accompagnaient Bozizé dans la prise du pouvoir.

Parler de la pacification du km5, c’est de la dissuasion. Meckassoua qui finance les groupes milices, est le patron des autodéfenses. C’est suite à ses conneries que le député de Bambari Kabirou s’est détaché de lui et de son parti « Chemin de désespérance ». Il est de même pour le Conseiller Economique et Social Ousman ABAKAR qui est divorcé avec lui.

Que Meckassoua se rassure qu’il se retrouverait très bientôt devant les Tribunaux avec ses propres complices qui par le passé, l’ont aidé et que une fois élu PAN, il leur a tourné le dos, et qu’aujourd’hui ces derniers sont près à collaborer avec la justice pour des fins utiles. D’ailleurs, ces conversations téléphoniques avec le défunt Zoundéko du FPRC et Ali Darassa seront mises à la disposition de la justice pour servir de pièce à conviction.

Comment ce Meckassoua peut s’insurger contre la nomination des leaders des groupes armés conformément à l’Accord de paix signé ? Pourtant, c’est lui qui entretienne ces groupes qui tuent, pillent, violent et volent nos pauvres parents au KM5 et dans l’arrière-pays. Meckassoua, ce malpropre ne peut pas réagir en donneur de leçon actuellement, alors que, c’est lui, le potentiel client de la justice qui sera accueilli à bras ouvert.

S’il pense qu’en fuyant en France, il est sous la couverture voire protection, c’est faux !         Les deux pays disposent d’un accord de coopération sur plan judiciaire. Meckassoua sera extradé même s’il se trouve à Brazzaville, Angola ou aux Etats-Unis. Le temps est venu pour que la « corde » soit mise au cou de ce Meckassoua de souche nigériane d’ethnie haoussa.

A suivre…

@Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE