Centrafrique: Les femmes parlementaires centrafricaines désormais outillées à la vie politique et au Leadership Féminin

0

Bangui, le 13 juin 19

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Centrafrique (REFAMP/Centrafrique) et le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) ont  organisé un atelier de formation à la vie politique et au leadership pour les femmes élues au niveau national. Cet atelier a eu lieu le mardi 11 juin à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. La cérémonie d’ouverture a été  présidée par le 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale M. Mathurin Dimbelet-Nakouet, représentant spécial du président de l’Assemblée Nationale, la présidente du REFAMP/Centrafrique Mme Félicité KO Ngana et de Mme Bernadette Gomina-Pampali.

Les femmes ciblées par cette formation sont constituées des femmes du forum parlementaire, des femmes élues et non élues au niveau national et les anciens Conseillers Nationaux de Transition (CNT).

Le principal objectif recherché dans l’organisation de cette activité est le renforcement des capacités des femmes élues pour un meilleur leadership féminin dans la consolidation de la paix et la participation politique en République Centrafricaine.

« La journée que nous allons passer aujourd’hui, est de vous aider à renforcer davantage votre capacité à la vie politique et au leadership féminin. Et à votre tour, vous allez prendre le relai pour sensibiliser vos sœurs pour leur implication dans les grandes décisions de la vie politique dans notre pays » a souligné la présidente du REFAMP/Centrafrique Mme. Félicité KO Ngana dans son propos liminaire.

Le 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale représentant spécial du président de l’Assemblée Nationale M. Mathurin Dimbelet espère quant à lui : « Nous espérons qu’à l’issu de cet atelier, nous aurons pour la prochaine législative plus de femmes au parlement qu’aujourd’hui » et celui-ci de poursuivre : « Cet atelier vient à point nommé. Il permettra aux femmes d’être bien outillées aux différents mécanismes de la prise de décisions et leur implication à la vie politique de leur pays »

La configuration de la vie politique en Centrafrique révèle que les femmes sont de moins en moins associées aux hommes dans les processus de prise de décision. D’aucuns pensent que les femmes elles-mêmes sont désintéressées ou encore moins compétentes pour assumer certaines responsabilités. Une opinion non soutenue et considérée comme un prétexte pour écarter délibérément cette importante frange de la population pourtant dotée de capacités.

L’histoire de la transition politique récente de la RCA en est une démonstration. On aurait pensé que cet élan d’implication de la femme dans les processus de prise de décision allait continuer avec le retour à la légalité constitutionnelle. Le constat fait aujourd’hui, c’est qu’il y a des efforts qui doivent être faits par les acteurs qui croient au développement durable à travers la prise en compte des femmes dans les sphères politiques.

La formation va durer 1 jour et axée sur l’approche participative, elle est organisée sur la base de quelques présentations de modules relatifs aux différentes institutions politiques prévues par la constitution et les rôles et responsabilités des femmes élues suivi des travaux de groupes à l’issu duquel elles vont formuler des recommandations à l’endroit de tous responsables pouvant influer sur la question de l’implication politique des femmes en RCA.

LPC,

LAISSER UN COMMENTAIRE