Centrafrique : « Synergie Centrafricaine » dénonce l’attitude contre-nature du « Front Uni – E zingo biani »

0

Bangui, le 08 juin 19

Le mouvement citoyen dénommé « Synergie Centrafricaine » a organisé une conférence ce 08 juin 2019. Cette rencontre avec les professionnels des médias est relative à la prise de position inopportune de la plateforme « Front Uni pour la défense de la Nation-E Zingo biani ». On notait lors de cet évènement, la présence de l’honorable Sall Karim Sédar qui est le président fondateur de « Synergie Centrafricaine » ; le président exécutif M. Bertrand-Simplice Ouloufi ; M. Euloge Doctrouvé Koï qui est le rapporteur général et M. Sokambi Yatibingui qui était venu en son nom propre pour participer à cet exercice.

Il y’a lieu de rappeler que « Synergie Centrafricaine » s’inscrit dans la logique du soutien aux bonnes initiatives du développement de la RCA, en apportant sa contribution aux efforts qui se font par les autorités du pays en vue de son relèvement. L’honorable Sall Karim Sédar a eu la vision de créer ce mouvement pour ainsi éclairer les lanternes de tous les centrafricains sur les questions politiques et autres. Et donc, c’est pour dire que « Synergie Centrafricaine » qui défend les valeurs républicaines s’oppose aux bourreaux du peuple centrafricain que sont certaines personnalités malintentionnées.

Dans leur propos liminaire relatif à cette conférence de presse, les leaders de « Synergie Centrafricaine » ont axé leurs interventions, disant les échanges sur les points relevés dans la fameuse déclaration du Front Uni de la bande à Gervais Lakosso, Joseph Bendounga, Jean-Serge Bokassa, Alexandre-Ferdinand N’guendet, Dominique Yandoka, Paul Crescent Béninga…

De la question de la position du Front Uni concernant le Décret de nomination de Sidiki, Ali Darassa et Alkatim avec en toile de fond la violation de l’Article 28 de la Constitution du pays, les leaders de « Synergie centrafricaine » ont rappelé que suite aux violentes crises qui ont agité la scène politique et endeuillé de nombreuses familles centrafricaines, il était incontournable que le Président Touadéra fait recours au dialogue que d’aucuns ont fustigé et qualifié de politique d’irresponsabilité qui a abouti à l’Accord politique pour la paix et la réconciliation. Et donc, comme tout arrangement politique, cet Accord comporte des dispositions juridiques destinées à pallier les insuffisances et les lacunes de la Constitution lesquelles, l’instrumentalisation par les partis politiques qui ne disposent pas d’un socle et d’une représentativité, est la principale cause du malaise du pays.

Pour les leaders de « Synergie centrafricaine », l’Accord de paix signé avec les groupes armés est voulu comme la meilleure solution politique pour sortir la RCA de la crise dans laquelle, l’ont plongée la démence et la démesure des politiciens. C’est pour dire que dès lors, nul ne saura évoquer sans risque de se passer pour un ridicule d’une quelconque violation de l’Article 28 de la Constitution. L’affirmer par Front Uni-E zingo biani, est synonyme de l’ignorance de son fondement juridique, de son contenu, de sa nature et de son opposabilité.

Sur le point concernant la poursuite de Sidiki, Ali Darassa et Alkatim, souvenons-nous que l’Assemblée Nationale a interpellé le gouvernement le 29 mai 2019 à ce sujet. Le PM Ngrébada a ainsi déclaré que son gouvernement saisira les facilitateurs et les garants de l’Accord de paix pour des dispositions pratiques. Outre cela, la justice fera son travail dans le respect du principe de séparation des pouvoirs.

En ce qui est de l’adhésion forcée des fonctionnaires au Mouvement Cœur Uni (MCU), les leaders de « Synergie Centrafricaine » pensent que c’est de la pure imagination au moment où MCU est un parti politique responsable, démocratique et respectueux de la liberté et de la volonté de chaque citoyen qui y adhère. La vérité est que, de telles affirmations de la part des leaders du Front Uni, témoignent de leur faiblesse et surtout de la peur précoce d’échouer au futur scrutin présidentiel lequel, les détracteurs du régime en place, ne sauront point faire le poids devant l’impitoyable machine militante et les valeurs intrinsèques du MCU.

Pour répondre aux propos subjectifs du Front Uni sur une soi-disant l’inaction du régime en place, les leaders de « Synergie centrafricaine » ont affirmé que même les aveugles n’oseront pas déclarer que : « les Autorités n’ont produit que des résultats catastrophiques ». Car, avec leur canne blanche, ils toucheraient les réalisations faites par le régime du Président Touadéra en seulement trois ans de règne.

La vision politique du Président Touadéra soutenu dans son ensemble, donne des fruits prioritaires qui concernent la paix, la sécurité, la santé, l’éducation, la relance des secteurs productifs, les infrastructures routières…voire même le processus DDRR, la restructuration de l’Armée centrafricaine qui est en marche.

Les leaders de « Synergie centrafricaine » de faire comprendre que la volonté politique du président Touadéra à satisfaire les besoins de tous les centrafricains sont avérés et il est de notoriété publique que le régime en place n’a jamais fait obstacle à l’exercice des droits politiques codifiés dans la Constitution malgré certaines dérives qui, sous d’autres cieux, seraient sévèrement sanctionnées.

Appeler la population à la désobéissance « civique » selon les termes des leaders du Front Uni, revient à ignorer sa nature ou sa vocation qui est de dévoiler les limites de la démocratie. Cet appel aux désordres de la part des leaders du Front Uni, engage leur responsabilité et est qualifié de rébellion où la justice prendra ses responsabilités. Autrement dit, l’attitude contre-nature des leaders du Front Uni, est une menace pour la démocratie au sens où ils remettent en cause son principe même.

Les leaders de « Synergie centrafricaine » de rassurer l’opinion nationale et internationale qu’aucune chance sera laissée aux fauteurs de troubles qui veulent maintenir le pays dans la crise. Pour eux, il faut apporter des solutions concrètes en vue de la reconstruction nationale que de faire la politique par pure mauvaise foi. Comme l’a toujours dit le président fondateur de « Synergie centrafricaine » Sall Karim Sédar, le temps est au développement de la RCA en soutenant les autorités qui sont légalement élues pour conduire la destinée du peuple.

@ Herman Themona,

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE