Centrafrique : Les ennemis de la RCA tentent de perturber la paix avec la tuerie enregistrée dans l’Ouham-Pendé

0

Les partis et les organisations de la société civile se sont activés après les événements survenus dans l’Ouham-Pendé, précisément dans les villages Koundjili et Bohong dans la sous-préfecture de Paoua, où lors d’une attaque armée, plus de 40 personnes ont été tuées. C’est suite à cette tragédie que les mouvements politiques cités ci-haut se sont prononcés récemment à travers des sorties médiatiques.

A en juger d’après leurs déclarations, le nombre de violences aurait considérablement augmenté depuis le début de cette année, en se rapportant à l’Accord de paix signé. Sauf que depuis sa signature, c’est pour la première fois qu’un tel événement a eu lieu.

Parmi les criards politiques, on compte les membres du Groupe de travail de la société civile, mieux connu sous l’appellation de GTSC qui avait fait une tentative de déstabilisation de la situation dans le pays, il y a un mois. Ce qui est le plus intéressant dans la situation du GTSC, c’est que ses leaders du GTSC attendent le meilleur moment, notamment avec ces tueries pour réapparaître. Alors que ces derniers sont hors de vue lorsque tout va mieux. Lorsqu’un événement convenable voit le jour, ils s’activent pour profiter de la situation, même s’il s’agit d’une tragédie nationale comme celle de Paoua.

Où étaient-ils lorsque la guerre déchirait notre pays laquelle, les étrangers violaient nos femmes et enfants ? Ils s’étaient probablement cachés ou exilés dans un autre pays ou même un autre continent. C’est de la lâcheté. Et les lâches se cachent toujours derrière le dos pour attaquer.

Les autorités centrafricaines ont déjà affirmé leur ferme position de présenter les responsables de crime devant la justice. Il n’y a pas d’autres options. Mais, les traîtres de la République, si l’on peut les nommer ainsi, profitent de la tragédie de Paoua pour faire avancer leurs propres intérêts politiques, dans ce cas pour éliminer le pouvoir actuel et s’apprivoiser de leur place.

Quoiqu’il en soit, la première tentative de déstabilisation menée par le GTSC contre le régime de Bangui a échoué. Cette fois-ci, ces membres n’auront pas de chance non plus, car il s’agit tout d’abord de la tragédie ayant privé des vies des Centrafricains.

@Jacques KOSSINGOU,

LAISSER UN COMMENTAIRE