Centrafrique : Un 15e groupe armé crée vers Birao par le point focal d’Al-Qaïda Michel Djotodia qui veut déstabiliser le pays

0

Bangui, le 05 juin 19

Les factions de la séléka qui se sont éparpillés sur l’ensemble du territoire national en tuant, incendiant, violant et détruisant nos faunes et flores, rêvent encore de revenir au pouvoir comme ç’en est le cas en 2019.

Qui peut donc croire que Michel Djotodia qui est cité par l’Iran, l’Israël et l’Arabie Saoudite étant le point focal du groupe terroriste d’Al-Qaïda, peut ouvrir sa bouche si tôt pour parler de la politique dans son pays ? Celui qui est l’auteur de la tragédie que le pays a connue dont les séquelles sont encore palpables. Avec les mercenaires recrutés au Soudan, au Tchad, au Niger, au Nigéria et au Cameroun qui sont se départagés actuellement dans les groupes rebelles tels que : UPC, MPC, FPRC, RPRC, 3R, MLCJ…, Michel Djotodia de son vrai nom DEYA, vient de créer une fois de plus un quinzième groupe armé au village Tiringoulou situé à quelques kilomètres de Birao. Ce groupe armé s’intitule : le Parti du Rassemblement de la Nation Centrafricaine (PRNC).

Depuis sa villa située au quartier Akpakpa à Cotonou au Benin, Michel Djotodia qui rêve encore de revenir au pouvoir par la force, n’apprécie par l’Accord de paix signé avec les 14 groupes armés. En tentant de pousser l’UPC d’Ali Darassa, le FPRC de Noureidine Adam, le MPC et les 3R à remettre en cause l’Accord de paix signé, Michel Djotodia vient de déclarer une nouvelle guerre au peuple centrafricain avec sa rébellion qui est bourrée des mercenaires recrutés au Sud du Tchad et à l’Ouest du Soudan (Darfour).

Un certain Noure Grégaza de son vrai nom Mahamat Nour Nizan ( est le fils d’un ancien gendarme centrafricain du nom de Nourredine Nizan qui est de l’ethnie Goula de Ndélé, décédé il y’a longtemps. Nourredine Nizan est réputé être un braqueur et criminel qui aurait tué un Marocain en France. Crime pour lequel il a été emprisonné à Montpellier. Il a dû obtenir sa sortie pour le fait de s’être marié à une fille de Jean Yves Le Drian du nom de Sarah, et sera rapatrié en Centrafrique via le Tchad, ndrl).

Ce Noure Gregaza est le point focal de la rébellion de Djotodia et le chef d’état-major est Aubin Issa Issaka qui est un  ami proche d’Abdoulaye Hissene Ramadane, Shafardine, et Narkoyo. Selon les informations qui nous sont parvenues de cette localité près de la frontière avec le Tchad, Djotodia active ses réseaux à nouveaux pour se faire entendre dans ce jeu politique. Ceci dit, l’homme propose à ce qu’il soit consulté comme tout autre leader des groupes armés qui font la pluie et le beau temps dans certaines préfectures.

Pour Issa Issaka Aubin, d’après les sources bien vérifiées, les services secrets français auraient mis à la disposition du gendre de Jean-Yves Le-Drian  discrètement, une société de sécurité française du nom de GALICE Sécurité, dirigée par M. Frédéric Gallouis, un ancien chef d’antenne de la DGSE à Ndjamena au Tchad pour l’encadrement militaire des hommes du PRNC dirigé par lui-même Aubin Issa Issaka comme étant le chef d’état-major. Dans cette aventure, la logistique (armes et munitions) devrait être livrée au PRNC par le service secret tchadien, l’Agence nationale de sécurité (ANS) dans les jours proches. A quel but ?

Ses intentions politiques sont connues et Djotodia, Noure Gregaza et Aubin Issa Issaka qui veulent lancer une opération contre les populations civiles dans les jours à venir, trouveront sur leur chemin, les puissances gouvernementales et de la Minusca qui sont prêtes à leur prouver de quoi elles sont capables. C’est ici que l’on peut voir et percevoir les véritables ennemis de la RCA. Mais voilà, en tout cas, qui confirme que les Occidentaux jouent et manipulent les rébellions et autres terroristes à travers le monde pour troubler des quiétudes aux fins de préserver leurs intérêts à eux ! Comme on peut le voir en Syrie ou en Libye, après l’Iraq et d’ici demain l’Iran. Les Centrafricains sont-ils des sous-hommes qui ne valent rien que le mépris ?

Quant à Nour Gregaza ou Mahamat Nour Nizan, ce criminel mais rebelle de la vingt-cinquième heure, il est temps pour lui de comprendre qu’aucun Centrafricain, y compris de tous ceux qui ont pris les armes jusque-là, n’est prêt à soutenir et applaudir un nouvel « homme fort ».

Ce temps-là est révolu. L’important pour lui serait de profiter de sa sortie de l’une de ses impitoyables prisons françaises pour se revigorer aux intarissables rayons solaires de son Afrique centrale qui lui a manqué durant un bon moment. Cette aventure-là est désespérée.

@Bienvenu ANDALLA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE