Centrafrique : « Le pouvoir, c’est la capacité de tout changer par n’importe quel prix », Dixit Machiavel

0

Bangui, le 05 juin 19

L’actualité politique en Centrafrique tourne tout autour de l’Accord de paix signé avec les groupes armés dont l’application pose problème du côté de ces rebelles même qui foulent aux pieds les dispositions dudit Accord. Que constatons-nous en ce moment ?

Il semble que les groupes armés qui ont signé ce document qui pourrait peut-être permettre à ce que le pays soit stable, s’engagent sur un autre terrain, qui celui de faire retourner le pays comme ç’en est le cas en 2013. Et puis c’est vrai ! Il suffit de tendre les oreilles à Paoua, Zangba, Kouango, Zémio, Alindao, Ngaoundaye et Bémal pour s’en rendre compte de la réalité de ce que nous soulevons dans ce présent article.

Avant et après la signature de l’Accord de paix et de la réconciliation, le président de la République Faustin-Archange Touadéra avec son gouvernement affiche toujours sa volonté politique de faire de son pays, une terre paisible. Plusieurs initiatives et autres actions visant à rétablir la sécurité sur toute l’étendue du territoire national ont été affichés et continuent d’être réalisés pour un lendemain meilleur des centrafricains.

Par contre, les groupes armés de leur part, n’ont aucune volonté et s’attachent toujours à leur dessein rebelle. Le président Touadéra qui est doté de tous les pouvoirs qui lui sont confiés par son peuple pourrait sortir un peu de cette volonté et réagir comme un bon père qui sait sanctionner certains de ses enfants qui tentent de lui désobéir. Autrement dit, le Chef de l’Etat pourrait retirer un peu sa main tendue à ceux qui veulent le tenir au niveau de l’épaule.

Les centrafricains sont très remontés de cette attitude hypocrite de ces mercenaires qui sont friands à leurs sangs. Tout le monde sait que ces rebelles qui ont derrière eux, des mains invisibles de l’extérieur, ne veulent pas de la stabilité de la RCA. Puisque, une fois que le pays soit en paix, leurs maquis prendront fin automatiquement. Raison laquelle pour eux, la seule opportunité de vivre, c’est le maintien du pays dans un chaos interminable.

A  vrai dire, il n’y est plus question de caresser ces vampires dans le sens du poil. Il est temps pour le gouvernement, l’Union Africaine, la CEEAC et la Minusca de prendre les mesures qui s’imposent pour que ces terroristes venus d’ailleurs soient totalement hors d’état de nuire afin que le peuple centrafricain soit en paix et vaque librement à ses diverses occupations.

L’Accord de paix signé, n’est pas une bonne option comme le pensent d’autres observateurs de la vie politique. Elle est une très bonne option qui devrait conduire le pays à une destination rassurante. C’est une stratégie que le président Touadéra et son premier ministre Ngrébada avaient prise et que les résultats portent des fruits dont malheureusement, d’autres « chiens enragés » proposent de la remettre en cause.

Si tel est le cas, aucune chance ne sera laissée à ces emmerdeurs qui vont être frappés durement dans les jours à venir. Le peuple centrafricain propose au Chef suprême de mettre de l’ordre dans le désordre imposé par les chefs rebelles et leurs mercenaires dans l’arrière-pays. Une chose est de tendre la main, l’une est de la retirer. Le temps est venu pour que les indociles soient traités tels qu’ils sont. Nous pensons que le président Touadéra va répondre aux cris de son peuple dans les jours à venir en frappant durement ces mercenaires de guerre qui font la pluie et le beau temps dans l’arrière-pays.

@Herman THEMONA,

LAISSER UN COMMENTAIRE