Centrafrique : L’Accord de Khartoum toujours piétiné par les occidentaux et leurs complices avec plus de 30 civils tués par les 3R

0

Bangui, le 25 mai 19

Plus d’une trentaine de civils ont été massacrés le 21 mai par les éléments de 3R de Sidiki Bi Souleymane. Ces tueries de masse concernent 4 communes, Koundjili, Bohong, Djoumjoum et Lemouna situées dans la  préfecture de l’Ouham-Pendé. Ce serait de toute vraisemblance, une action bien préparée, car les rebelles ont perpétré ce massacre avec l’appui de certains pays occidentaux bien connus.

Dans un communiqué officiel publié par le gouvernement, l’effectif des victimes est passé de 34 à une quarantaine. Il faut situer que dix groupes armés signataires de l’Accord de paix ont déposé auprès des autorités une liste de leurs éléments qui comprenait environ mille anciens combattants désirant participer au programme du DDRR, et de rejoindre les FACA qui ont la mission de sécuriser le pays et protéger la population.

On a compris aisément qu’au moment où le processus de paix est en marche avec l’Accord de paix signé avec les groupes armés, les actions des 3R ressemblent à une tentative de perturbation dudit Accord.

Les autorités de Bangui ne cessent de solliciter l’appui de la communauté internationale pour la mise en œuvre de cet Accord. Tout le monde est au courant des efforts de ce qui se fait pour la réconciliation nationale. Donc, qui sont ces personnes qui se permettent de massacrer les pauvres populations civiles au moment où la paix, encore bien fragile, s’est installée en RCA ?

A l’exemple des mercenaires tchadiens, les 3R pourraient bien fonctionner au profit de la France qui est intéressée que par l’enrichissement et le vol des ressources naturelles de la Centrafrique. Actuellement, l’Etat français souffre d’une immigration excessive, il a besoin de boucher ses trous budgétaires, ce qui l’oblige à rétablir ses positions dans ses anciennes colonies, y compris en Centrafrique. Le seul problème qui retient la France, c’est le renforcement de la stabilité en RCA. Or, il est plus facile pour les Français de gaspiller les ressources naturelles locales, lorsque la République est fragilisée.

Même si les anciens colonisateurs se sentent bien supérieurs dans tous les domaines, l’appui aux rebelles qui tuent les populations est louche et abominable. En quoi les français gagnent dans ce massacre? Des passeports européens, de l’argent, une nouvelle vie à Paris ? Ne se rendent-ils pas compte de la valeur de la paix en RCA ?

Le gouvernement, accompagné des FACA et de la Minusca se sont rendus sur les lieux de ce massacre de Bohong et ses environs. Un ultimatum de 72 heures est donné que le chef du groupe puisse livrer les auteurs de ces crimes odieux. Dans le cas contraire, il y’aurait une réaction répressive dans les jours qui suivent.

@Herman THEMONA,

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE