Centrafrique : Emile-Gros Raymond Nakombo vient d’être démasqué par le Conseil municipal pour des malversations financières à outrance

0

Bangui, le 17 mai 2019

L’authenticité de ce que nous dénonçons depuis toujours vient d’être jaillir à la surprise de tous. C’est le feuilleton sur le président de la délégation spéciale de la ville de Bangui Emile-Gros Raymond Nakombo qui, fait constamment la pluie et le beau temps avec les bavures commises par-ci et là. Mais, ce que nous craignons, c’est la descente en enfer de la Mairie de Bangui qui n’est que l’ombre d’elle-même.

Lepotentielcentrafricain.com ne cesse de déplorer la manière dont Nakombo administre les choses où il ne fait que des mécontents de jour en jour. Le personnel de la Mairie qui est réduit à un gémissement depuis l’arrivée de Nakombo, propose de passer à la vitesse supérieure si les hautes autorités du pays s’en prennent à la situation, en dégageant cet affairiste qui va finir par vendre tous les espaces publics aux opérateurs économiques camerounais et libanais. Avec ce rythme, Bangui deviendra simplement une propriété privée d’un particulier.

Les malversations financières à outrance de Nakombo ne peuvent continuer aisément son bonhomme de chemin. Il faut que l’hémorragie cesse immédiatement. Voilà que depuis le 06 de ce mois, le conseil municipal s’est réuni pour examiner le compte administratif et la gestion de Nakombo. Les conseillers municipaux qui sont très rigoureux et déterminés à mettre fin à la honte collée par Nakombo, ont traité minutieusement les dossiers pointés à l’ordre du jour de ce Conseil. L’ambiance d’ailleurs est électrique durant cette rencontre où certains maires des arrondissements ne céder à plusieurs tentatives de menace de Nakombo à l’encontre de ces collègues.

Au finish, le résultat du constat sur le compte administratif est grave ! Disant, le compte n’est pas en règle et celui-ci est désapprouvé automatiquement. Nakombo qui a cherché par toutes les voies et moyens à se justifier, n’arrive pas à convaincre ses collègues et ce dernier n’a que les yeux couverts de honte pour observer dans une posture neigeuse. C’est terrible ! Le Monsieur ne va pas échapper cette fois-ci à cette bavure gravissime.

En fin de compte, c’est une incohérence qui est décelée entre le compte administratif et le compte de gestion de la Mairie de Bangui. Sur ce, la question a été posée à Nakombo sur comment peut-il expliquer ces grands écarts dans les fonds gérés par lui et ses proches qui constituent un « mur de Berlin » autour de lui ? C’est clair, Nakombo est ce véritable fossoyeur qui a institué un bloc, constitué de ses amis et parents qui gèrent les fonds de la Mairie. Il suffit de vous rendre compte de la liquidation des espaces publics de la ville de Bangui aux étrangers. Autour du Stade 20.000 places, les ronds-points vendus à la Société Tradex des camerounais, les bâtiments publics vendus aux libanais…

La liste est longue et Nakombo qui est vomi par l’ensemble du personnel de la Mairie, sans oublier les maires des arrondissements qu’il n’associe pas dans la gestion de la cité. Dans ces barbaries commises par Nakombo, les conseillers municipaux pointent du doigt un homme de main de Nakombo qui est le directeur des ressources humaines (DRH), l’individu à qui, plusieurs affaires floues passent par lui. A la dernière information, le conseil municipal, ordonne le limogeage sans délai de ce DRH.

Donc, le sort de Nakombo est scellé et il ne s’en sortira pas de cette affaire aisément. Le représentant du Ministère de l’administration du territoire qui fait partie de ce Conseil, a donné ses positions claires aux conseillers municipaux pour qu’ils ne cèdent pas aux chantages de Nakombo. Si tel est le cas contraire, le Conseil municipal sera dissout automatiquement. Même si Nakombo estime qu’il est un allié politique du président Touadéra, il se trompe, car le Chef de l’Etat qui combat farouchement ces genres de comportements, ne va pas l’admettre et prendra une décision qui s’impose pour éjecter le malhabile Nakombo.

 

@Herman THEMONA, 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE