Centrafrique : ‘’ C’est le travail qui construit la Nation, renforce la cohésion sociale et la paix’’, Dixit le Ministre Hugues TCHEUMENI

0

Le premier 1 mai de chaque année, est dédié aux travailleurs. La République Centrafricaine a célébré cette journée tout comme les autres pays du monde. Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Protection sociale et de la Formation professionnelle M. Hugues TCHEUMENI à cette occasion, fait une déclaration le 30 avril 2019 dont nous vous publions l’intégralité.

 

DECLARATION

Chers compatriotes;

Partenaires sociaux;

Acteurs du Monde du Travail.

A l’instar des autres pays de la planète, la République Centrafricaine, notre pays, célèbre demain le 1er Mai, la Fête Internationale du Travail.

Je voudrais tout d’abord m’acquitter  d’un devoir, celui  d’adresser aux noms de leurs excellences Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat, et Firmin NGREBADA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement toute ma gratitude à tous ceux qui contribuent sans relâche, à travers diverses activités au développement socio-économique de notre pays.

Qu’il me soit également permis de rendre un hommage mérité aux organisations professionnelles d’employeurs et des travailleurs pour leur sens élevé de responsabilité et le patriotisme qui ont caractérisé leur participation active à la recherche de solutions aux problèmes du pays, mais aussi au retour définitif de la paix et de la cohésion sociale.

Le gouvernement place la commémoration du 1er Mai 2019, sous le thème du « Travail décent au cœur de l’unité d’action pour la reconstruction du tissu économique et social de la République Centrafricaine ».

Au plan international, le 1er Mai 2019, coïncide avec la célébration en juin prochain du Centenaire de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), sur le thème : « Travailler pour bâtir un avenir meilleur ».

Cet avenir meilleur doit se focaliser sur « le travail décent » qui répond bel et bien à un besoin tout autant qu’à une attente de plus en plus croissante et diversifiée.

Il convient de souligner que la République Centrafricaine fait partie des Etats membres de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ayant adopté sa Déclaration de 2008,  sur « la justice sociale pour une mondialisation équitable ». Cette déclaration, faut-il le rappeler, a institutionnalisé, pour la première fois, le concept de travail décent.

La promotion de la croissance et du développement ne peut se faire sans l’existence d’un environnement de paix sociale. L’amélioration des conditions par un travail décent, doit permettre aux travailleurs de réaliser les objectifs de production, dont ils pourraient en être bénéficiaires.

Depuis son accession à la magistrature suprême de l’Etat, son Excellence, Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat a fait de la paix, la relance économique et la promotion de l’Emploi les grandes priorités de son programme politique.

Cependant, ces objectifs stratégiques ne peuvent se réaliser que par les efforts conjugués des pouvoirs publics, des partenaires sociaux, des partenaires techniques et financiers et des acteurs de la société civile dont nous saluons au passage le sens élevé du patriotisme, caractérisé par l’élan de consensus autour des questions essentielles au monde du travail.

La fête historique du 1er Mai offre au Gouvernement et aux partenaires sociaux, l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur l’état des rapports professionnels au cours de l’année écoulée et d’évaluer les grands chantiers sociaux qui focalisent nos réflexions et nos énergies pour en définir de meilleures perspectives d’avenir

Chers compatriotes;

Partenaires sociaux;

Acteurs du Monde du Travail.

Lors de son investiture à la Magistrature Suprême de l’Etat, le 30 mars 2016, son Excellence, Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat a solennellement affiché sa vision d’unité, de paix, de progrès social et de prospérité pour la République Centrafricaine.

Cette volonté s’est encore manifestée, le 07 juin 2018, lorsqu’il a personnellement pris part au « Sommet Mondial sur le Travail Décent », en marge de la 107ème Session de la Conférence Internationale du Travail, à Genève en Suisse, à l’occasion duquel il a pris l’engagement de promouvoir la paix, la réconciliation nationale et le travail décent en République Centrafricaine.

La célébration de la fête de travail de cette année intervient dans un contexte particulier caractérisé par la renaissance de l’unité nationale et de la paix à travers la conclusion à Khartoum et la signature à Bangui, le 06 Avril 2019, de l’Accord de Paix en République Centrafricaine.

A travers cet accord historique, son Excellence, Professeur Faustin Archange TOUADERA le Président de la République, Chef de l’Etat a engagé le Gouvernement que dirige son Excellence, Firmin NGREBABA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement  et le peuple centrafricain tout entier a, je cite : « se mettre à l’œuvre pour bâtir une République Centrafricaine nouvelle, réconciliée, apaisée, ambitieuse, généreuse et dynamique ».

Le Gouvernement, conscient des défis immenses qui touchent le domaine socioéconomique, s’est résolu à apporter des solutions multisectorielles à cette situation dans le cadre du Plan National de Relèvement et de consolidation de la Paix (RCPCA).

Il s’agit entre autres des solutions à apporter, à la faiblesse du tissu économique, au chômage des jeunes, à l’inadéquation formation-emploi dans certains domaines clés de développement, à la problématique de l’extension de la protection sociale aux couches vulnérables, à l’encadrement du secteur informel, et  la mobilisation des ressources pour soutenir des programmes de travail décent et productif.

Pour autant, ces préoccupations ne sont pas exclusivement centrafricaines. Elles sont mondiales à des degrés divers et variés selon les régions et les contextes, ce qui nécessite une coopération et une solidarité accrue pour réduire les fractures sociales et enclencher le processus de relèvement et de développement socioéconomique de la République Centrafricaine.

Dans cette optique, le Gouvernement a opté pour plus de dialogue social l’une des dimensions du développement du travail décent contribuant au progrès socio-économique.

Conformément à la vision de son Excellence, Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat et sa politique de promotion du dialogue social dans la gestion des relations professionnelles, le gouvernement, ne cesse d’impliquer tous les acteurs du dialogue social dans les réflexions visant la recherche de solutions consensuelles aux préoccupations des partenaires sociaux. La poursuite actuelle des négociations entre le gouvernement et les centrales syndicales au sein du Cadre Permanent de Concertation et de Négociation en est un exemple palpable.

Aussi, en ma qualité de Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Protection Sociale et de la Formation Professionnelle, je voudrais partager ici les progrès notables déjà réalisés sur le front social depuis 2016.

  • Dans le domaine du travail et de la Protection Sociale :

L’Organisation Internationale du Travail (OIT), les Partenaires Sociaux et le Gouvernement ont procédé à la signature du Protocole d’Accord du Programme  Pays pour le Travail Décent de la République Centrafricaine pour la période 2017-2021 (PPTD-RCA 2017-2021).

Sa mise en œuvre concrète a démarré en février 2018, par le Projet Pilote de Consolidation de la Paix et de Création d’emplois décents.

Depuis lors, ce projet a permis de développer l’employabilité des jeunes en situation difficile et le renforcement des capacités de nombreux acteurs et opérateurs économiques Centrafricains, notamment ceux du secteur des Bâtiments et Travaux Publics en utilisant l’approche à Haute Intensité de la Main d’Œuvre (HIMO), des chantiers-école et la technique de l’utilisation des matériaux locaux dans les constructions.

En vue de restructurer les organes du dialogue social en République Centrafricaine et les rendre plus efficients et suffisamment représentatifs, le Gouvernement a lancé en mars 2018, le Processus de détermination de la représentativité syndicale. A cet effet, le Comité Autonome de Pilotage chargé de préparer et organiser les élections sociales est réactualisé avec l’appui du BIT.

Dans le souci de rendre proactif et prompt à répondre aux nouveaux défis du monde du travail, le Gouvernement a initié au début de l’année 2017, une étude diagnostique du système d’administration et de l’inspection du travail.

Et à ce jour, la Stratégie Nationale de Développement et de Modernisation de l’Administration du travail est adoptée.

La mise en œuvre de cette stratégie donnera une nouvelle impulsion à la mission de l’Administration et à l’Inspection du Travail de la République Centrafricaine chargées de jouer le rôle de conseil, de contrôle et de conciliation en cas de conflit.

Des ressources seront mobilisées auprès des partenaires techniques et financiers pour la mise en œuvre de cette stratégie.

Sur demande expresse du Président de la République, Chef de l’Etat, à l’occasion de sa visite au Bureau International du Travail (BIT), à Genève en septembre 2017, le Gouvernement, avec l’appui de cette institution a lancé en janvier 2018, le processus de mise en place d’un système d’assurance maladie en République Centrafricaine. Le Comité de pilotage de ce processus a axé son domaine d’intervention sur l’assurance maladie pour les Fonctionnaires et Agents de l’Etat.

Parallèlement, la Banque Mondiale et l’UNICEF, à la suite du BIT appuient le Gouvernement dans le processus de l’actualisation de la Politique Nationale de Protection Sociale de notre pays.

Par ailleurs, le Gouvernement a lancé l’étude actuarielle du système de la Protection Sociale afin d’en évaluer les forces et les faiblesses et de rendre notre organisme de prévoyance sociale apte à répondre aux attentes des assurés sociaux dans le secteur privé.

Un Comité chargé de préparer et d’organiser le Forum National sur la Retraite a été mis en place.

Dans le domaine de l’Emploi et de la Formation Professionnelle

Le Gouvernement dispose depuis novembre 2016, d’un Document Cadre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Il s’agit d’une grande première dans notre pays.

Dans cette optique, certains programmes ont déjà été élaborés notamment :

  • Le Plan d’Action Opérationnel de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ;
  • Le Programme National d’Urgence de Création d’Emplois Décents Immédiats et Durables pour la Consolidation de la Paix et la Résilience en République Centrafricaine.

Quant à l’emploi des jeunes, le gouvernement travaille activement avec les partenaires au développement afin de créer de meilleures conditions de sa promotion et de son accompagnement dans la durée.

C’est ainsi que le gouvernement a lancé en mars 2018, sous le haut patronage de son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Programme d’Apprentissage par Compétence et par Alternance (PADA).  Financé par l’Agence Française de Développement (AFD).

Ce programme vise à promouvoir  l’emploi des jeunes centrafricains sur douze (12) métiers identifiés. Le projet pilote démarré à Bangui, Bimbo et Begoua au bénéfice de 300 jeunes sera par la suite dupliqué dans nos villes de province.

Le Département envisage avec l’appui de la Banque Mondiale l’étude relative à la formation professionnelle et l’employabilité des jeunes en Centrafrique qui débouchera à l’élaboration d’un programme.

Le gouvernement a entrepris avec l’appui de l’AFD un immense chantier de réforme de notre système de formation professionnelle pour assurer une adéquation entre formation professionnelle et marché du travail.

Une réflexion est également en cours avec l’Agence Française de Développement dans le cadre du partenariat public-privé dans le domaine de la formation et de l’emploi.

  • Dans le domaine de la coopération 

La République Centrafricaine membre de l’OIT depuis son accession à la souveraineté nationale, le 13 Août 1960 développe un partenariat dynamique avec son Secrétariat technique, le BIT qui appuie les efforts du gouvernement dans des domaines divers et variés notamment le travail, l’emploi et la protection sociale.

Aussi, le BIT appuie le gouvernement et les partenaires sociaux dans le domaine de renforcement des capacités et dans l’ensemble de ses programmes en matière d’emplois décents.

Dans le domaine de la réglementation du travail.

Un comité technique d’élaboration, de réactualisation et de finalisation des textes en matière du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et de la Protection Sociale a été mis en place en vue de renforcer le dispositif juridique existant en matière de règlementation de travail.

Chers compatriotes ;

Partenaires sociaux ;

Acteurs du monde du travail.

Votre mobilisation exceptionnelle observée dans les préparatifs du 1er Mai 2019, témoigne à suffisance que la République Centrafricaine est au travail, ses forces vives sont déterminées à apporter une contribution dynamique au développement national.

C’est votre travail qui construit la Nation,

  • C’est votre travail qui renforce la cohésion sociale et la paix.

La République Centrafricaine vous rend un hommage mérité et vous exprime ses sincères reconnaissances à travers les différentes distinctions honorifiques décernées aux travailleurs salariés de l’administration publique ou du  secteur privé formel mais aussi aux ouvriers, ouvrières, agriculteurs, pêcheurs, artisans, commerçants, professionnels, hommes et femmes du secteur informel.

Au nom de son Excellence Professeur Faustin Archange TOADERA, Président de la République, Chef de l’Etat et de son Excellence Firmin NGREBADA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, je souhaite à toutes et à tous une bonne Fête du Travail dans la paix et la cohésion sociale!

Fêtons ce 1er mai dans l’unité et la dignité.

 Je vous remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE