Centrafrique : Les membres du gouvernement en atelier de présentation de l’évaluation des politiques et institutions des pays de la Banque Mondiale

0

Bangui, le 11 mai 19

Les membres du gouvernement ont pris part ce 10 mai 2019, à l’atelier de présentation de l’évaluation des politiques et instituions de la Banque Mondiale, consacrée exclusivement sur « l’utilité et options de réformes pour la RCA ».  Cet atelier est présidé par le ministre de l’économie, du plan et de la coopération Félix Moloua représentant personnel du Premier ministre Firmin Ngrébada, assisté du représentant  résident de la Banque Mondiale M. Robert Bou Jaoude.

Prenant la parole en premier lieu à cette occasion, le représentant-résident de la Banque Mondiale M. Robert Bou Jaoude a d’abord, remercié les membres du gouvernement pour leur participation à cet atelier, en indiquant qu’avec le CPIA, entendez évaluation des politiques et institutions des pays de la Banque Mondiale, le gouvernement centrafricain mettra en œuvre ses différents programmes de développement. Selon lui, cet atelier s’inscrit dans le cadre d’une entente de partenariat de longue date entre la RCA et le Groupe de la Banque Mondiale.

Poursuivant son discours, M. Bou Jaoude a souligné que le CPIA est un outil qui servira aux autorités centrafricaines à identifier les faiblesses structurelles de l’économie centrafricaine et de formuler des réponses aux défis pour lever les contraintes à une croissance accélérée et inclusive ; à la  création d’emplois ; et à la réduction de la pauvreté et des inégalités. Aussi, a-t-il soutenu, l’amélioration du score CPIA de la RCA pourrait lui permettre de bénéficier d’une allocation IDA plus importante.

C’est également le lieu pour le représentant-résident de la Banque Mondiale de saluer le lieu les efforts consentis par la RCA, depuis la crise de 2013, et qui se sont traduits par une augmentation constante du taux de croissance qui est passé de -36,7% en 2013 à près de 4% en 2018, soit 3,3 points de pourcentage au-dessus de la moyenne des pays membres de la zone CEMAC.

«  Les prévisions de croissance à moyen terme restent bonnes consécutivement à la signature de l’Accord de paix qui nous, l’espérons, produira des effets multiplicateurs sur les autres secteurs de l’économie. Toutefois, les défis majeurs tels que la pauvreté, l’accès à l’eau, à l’énergie et aux services sociaux persistent et nécessitent une attention particulière. La Banque Mondiale continue d’appuyer la RCA dans les actions qui consistent à améliorer les conditions de vie des populations et de soutenir le pays dans ses perspectives de développement », a déclaré le représentant résident de la Banque Mondiale tout en ajoutant que pour atteindre les objectifs escomptés, la nécessité d’engager des réformes intégrales à travers des exigences de résultat, est indispensable. Aussi, a-t-il conclu, cette politique de son Institution avec ce CPIA consiste a évalué la qualité des politiques des pays en vue de renforcer la capacité du pays à promouvoir la croissance durable ; la réduction de la pauvreté ; et l’utilisation efficace de l’aide au développement. Et donc, selon M. Robert Bou Jaoude, l’évolution récente du score CPIA de la RCA, qui est passé de 2,5 en 2016 à 2,5 en 2017, bien que légère, est la preuve d’une amélioration progressive de la qualité des réformes mises en œuvre au cours des dernières années.

A son tour, le ministre Moloua a, au nom du président Faustin-Archange Touadéra et le Premier ministre Firmin Ngrébada, témoigné sa reconnaissance à l’équipe de la Banque Mondiale pour l’assistance  constante de leur Institution au gouvernement. Cette marque d’attention à la RCA, selon le ministre, est très importante avec les divers aident qui visent à soutenir la population.

Il convient de souligner également que le ministre Moloua se dit conscient de la tenue de cet atelier qui permet de faire le tour de quelques points sur les réformes qu’engage le gouvernement dont il fait partie et de réfléchir sur d’autres stratégies à adopter. En terminant son mot de circonstance, il a réaffirmé la volonté du gouvernement à soutenir cette initiative de la Banque Mondiale par une participation active, d’être toujours prêt à coopérer avec celle-ci pour les progrès sociaux en RCA.

Notons pour conclure que cet atelier a pris fin par les échanges suite à la  présentation de l’étude sur « l’utilité et options de réformes pour la RCA » à travers les performances de la RCA ; les domaines d’amélioration et objectifs à atteindre ; et les expériences des autres pays.

@Bienvenu Andalla, 

LAISSER UN COMMENTAIRE