Centrafrique : L’ombre politique reste imperturbable face aux ‘’actions perturbables’’ des semeurs de troubles

0

Bangui, le 24 avril 19

Le paysage politique centrafricain est bourré des profito-situationnistes à tel point que ces derniers qui n’ont aucune idée, disant immatures dans la politique, se lancent dans de comportements enchevêtres pour que les centrafricains soient maintenus dans la situation connue depuis 2013.

Les principes de la démocratie exigent d’une part que la liberté d’expression soit respectée mais, d’autre part, il y’a des limites à ne pas franchir en ce qui concerne la violation des lois qui n’autorisent pas les brouilles à l’ordre public, les manifestations non-autorisées, l’atteinte à la sûreté de l’Etat ou aux hautes personnalités du pays…

Mais, avec ce que le pays a connu comme crise depuis 2013 sur fond de la conquête échouée des terroristes venus de partout, il semble que même, certains fils du pays qui se disent des cérébraux, s’inscrivent également dans les pharisaïsmes qui visent à déstabiliser et à détruire complètement leur pays. Le goût de cette conduite irresponsable est plagier ailleurs et que ces politiciens sordides qui sont bien connus par tous les centrafricains, n’ont pas la honte à l’heure actuelle, de clamer haut et faut qu’ils sont les « saints », ils n’ont jamais « pêché », et sont les mieux placés pour gérer le pays, alors qu’à un certain moment donné, ils étaient aux commandes de la chose publique en s’enrichissant  rien que de ce qui revient au peuple centrafricain.

Voilà comment la nature est ingrate et stupide avec ceux-là qui font semblant de défendre l’intérêt de leurs compatriotes alors qu’en réalité, c’est leurs « ventres » qui sont priorisés dans toutes ces actions politiques. Le pays a tellement souffert que le moment n’est pas aux calculs politiciens qui ont permis à certains de se tailler une place aisée dans la vie. Les vraies victimes, ceux qui vivent quotidiennement en deçà d’un dollars par jour, espèrent bénéficier du peu de pécules qui sont mobilisées pour eux par les actuels dirigeants.

Pourtant, les politiciens de l’opposition qui soutiennent LES ORGANISATIONS POLITIQUES DE LA SOCIETE CIVILE, mènent une autre bataille qui vise à écœurer les partenaires internationaux qui se sont gagés pleinement pour la reconstruction nationale.

Pour ces avides du pouvoir qui voient toujours tout en noire, il faut contester rien que pour le plaisir de le faire. Et ceci, pour perturber ceux qui sont à la charge du pays, ceux qui sont choisis démocratiquement qui, en un laps de temps, font traduire dans les faits la volonté du peuple centrafricain.

En vérité, en vérité, il faut changer cette vieille méthode méchamment ceux avec qui, on ne partage pas la même vision politique ou encore, n’évolue pas dans la même famille politique. Puisqu’en fin de compte, c’est le peuple qui en est victime de leurs actions sataniques diligentées dans tous les sens. L’exemple palpable est celui de l’après signature d’accord de Khartoum qui a ressuscité tous les démons du pays. Ne voulant aucunement de la stabilité, les leaders politiques de l’opposition et ceux de la société civile qui sont appuyés par des mains extérieurs, se sont constitués dans un bloc pour mettre les bâtons dans les roues de Touadéra et de son équipe gouvernementale.

N’oubliant pas que ces mêmes personnalités politiques de l’opposition grattent les murs pour des postes de responsabilité et que ces dernières fomentent encore des actions de l’autre côté pour pousser les populations à la révolte pour quelle raison on ne sait ! Le calcul de ces « gourmands politiques » est simple : il ne faut jamais laisser l’opportunité aux centrafricains de vivre en paix et en toute quiétude.

Pour eux, c’est la loi du talion qu’il faut pratiquer toujours, dès lors que les autorités en place mettent en priorité, l’intérêt de son peuple. La politique ça s’apprend et sa pratique dans son bon sens, est l’élément catalyseur pour le développement d’un pays qui vient de sortir d’une crise infernal. Le gouvernement que dirige le premier ministre Firmin Ngrébada sous l’autorité du président Touadéra ne tremble pas face à ces agitations qui trahissent l’intention de la politique politicienne de ceux qui se disent leaders d’opinion des causes chthoniennes. En tout cas, l’ombre politique de l’heure est imperturbable et c’est tout !

@Herman THEMONA, 

LAISSER UN COMMENTAIRE